Architecture de Journalisation d'évènements (logging)

La journalisation des évènements systèmes et d'applications peut aider à comprendre ce qui se passe dans un cluster. Les journaux sont particulièrement utiles pour débogguer les problèmes et surveiller l'activité du cluster. La plupart des applications modernes ont un mécanisme de journalisation d'évènements, et la plupart des environnements d'exécution de conteneurs ont été conçus pour supporter la journalisation des évènements. La méthode de journalisation la plus facile et la plus répandue pour des applications conteneurisées est d'écrire dans les flux de sortie standard et d'erreur (stdout et stderr).

Malgré cela, la fonctionnalité de journalisation fournie nativement par l'environnement d'exécution de conteneurs n'est pas suffisante comme solution complète de journalisation. Quand un conteneur crashe, quand un Pod est expulsé ou quand un nœud disparaît, il est utile de pouvoir accéder au journal d'événements de l'application. C'est pourquoi les journaux doivent avoir leur propre espace de stockage et un cycle de vie indépendamment des nœuds, Pods ou conteneurs. Ce concept est appelé journalisation des évènements au niveau du cluster (cluster-level-logging). Un backend dédié pour stocker, analyser et faire des requêtes est alors nécessaire. Kubernetes n'offre pas nativement de solution de stockage pour les journaux mais il est possible d'intégrer de nombreuses solutions de journalisation d'évènements dans un cluster Kubernetes.

L'architecture de journalisation des évènements au niveau du cluster est décrite en considérant qu'un backend de journalisation est présent à l'intérieur ou à l'extérieur du cluster. Même sans avoir l'intention de journaliser les évènements au niveau du cluster, il est intéressant de savoir comment les journaux sont conservés et gérés au niveau d'un nœud.

Journalisation simple d'évènements dans Kubernetes

Dans cette section, on va utiliser un exemple simple de journalisation d'évènements avec le flux de sortie standard. Cette démonstration utilise un manifeste pour un Pod avec un seul conteneur qui écrit du texte sur le flux de sortie standard toutes les secondes.

apiVersion: v1
kind: Pod
metadata:
  name: counter
spec:
  containers:
  - name: count
    image: busybox
    args: [/bin/sh, -c,
            'i=0; while true; do echo "$i: $(date)"; i=$((i+1)); sleep 1; done']

Pour lancer ce Pod, utilisez la commande suivante :

kubectl apply -f https://k8s.io/examples/debug/counter-pod.yaml

Le résultat est :

pod/counter created

Pour récupérer les événements du conteneur d'un pod, utilisez la commande kubectl logs de la manière suivante :

kubectl logs counter

Le résultat est :

0: Mon Jan  1 00:00:00 UTC 2001
1: Mon Jan  1 00:00:01 UTC 2001
2: Mon Jan  1 00:00:02 UTC 2001
...

Utilisez kubectl logs pour récupérer les évènements de l'instanciation précédente d'un Pod en utilisant l'option --previous quand par exemple le conteneur a crashé.

Si le Pod a plusieurs conteneurs, il faut spécifier le nom du conteneur dont on veut récupérer le journal d'évènement. Dans notre exemple le conteneur s'appelle count donc vous pouvez utiliser kubectl logs counter count. Plus de détails dans la [documentation de kubectl logs] (/docs/reference/generated/kubectl/kubectl-commands#logs)

Journalisation d'évènements au niveau du nœud

Journalisation d'évènements au niveau dunœud

Tout ce qu'une application conteneurisée écrit sur stdout ou stderr est pris en compte et redirigé par l'environnement d'exécution des conteneurs. Par exemple, Docker redirige ces deux flux vers un driver de journalisation (EN) qui est configuré dans Kubernetes pour écrire dans un fichier au format json.

Note: Le driver json de Docker traite chaque ligne comme un message différent. Avec ce driver il n'y a pas de support direct pour des messages multi-lignes. Il faut donc traiter les messages multi-lignes au niveau de l'agent de journalisation ou plus en amont encore.

Par défaut quand un conteneur redémarre, le kubelet ne conserve le journal que du dernier conteneur terminé. Quand un Pod est expulsé d'un nœud, tous ses conteneurs sont aussi expulsés avec leurs journaux d'évènements.

Quand on utilise la journalisation d'évènements au niveau du nœud, il faut prendre garde à mettre en place une politique de rotation des journaux adéquate afin qu'ils n'utilisent pas tout l'espace de stockage du nœud. Kubernetes n'a pas en charge la rotation des journaux, c'est à l'outil de déploiement de le prendre en compte.

Par exemple, dans les clusters Kubernetes déployés avec le script kube-up.sh logrotate est configuré pour s'exécuter toutes les heures. Il est aussi possible de configurer l'environnement d'exécution des conteneurs pour que la rotation des journaux s'exécute automatiquement, e.g. en utilisant le paramètre log-opt de Docker. Dans le script kube-up.sh, c'est cette méthode qui est utilisée pour des images COS sur GCP et sinon c'est la première méthode dans tous les autres cas. Quelle que soit la méthode choisie par kube-up.sh la rotation est configurée par défaut quand la taille d'un journal atteint 10 Mo.

Ce script montre de manière détaillée comment kube-up.sh met en place la journalisation d'évènements pour des images COS sur GCP.

Quand kubectl logs s'exécute comme dans le premier exemple de journalisation simple le kubelet du nœud gère la requête et lit directement depuis le fichier de journal et retourne son contenu dans la réponse.

Note: Si un système externe a effectué la rotation des journaux, seul le contenu du dernier fichier journal sera disponible avec kubectl logs. Par exemple quand le journal atteint 10 Mo, logrotate effectue une rotation, il y a alors 2 fichers, un de 10 Mo et un de vide, à ce moment là kubectl logs retournera une réponse vide.

Journalisation des évènements des composants système

Il y a deux types de composants système selon qu'ils s'exécutent dans un conteneur ou pas.

Par exemple :

  • Le scheduler Kubernetes et kube-proxy s'exécutent dans un conteneur.
  • Kubelet et l'environnement d'exécution de conteneurs, comme par exemple Docker, ne s'exécutent pas dans un conteneur.

Sur les systèmes avec systemd, kubelet et l'environnement d'exécution de conteneurs écrivent dans journald. Si systemd n'est pas présent, ils écrivent dans un fichier .log dans le répertoire /var/log.

Les composants système qui s'exécutent dans un conteneur écrivent toujours dans le répertoire /var/log, en contournant le mécanisme de journalisation par défaut. Ils utilisent la bibliothèque de journalisation klog. Les conventions pour la sévérité des évènements pour ces composants se trouvent dans cette [documentation sur les conventions de journalisation des évènements dans kubernetes] (https://github.com/kubernetes/community/blob/master/contributors/devel/sig-instrumentation/logging.md).

De la même manière que les journaux des conteneurs, les journaux des composants systèmes doivent avoir une politique de rotation. Dans un cluster créé avec le script kube-up.sh, les journaux ont une rotation journalière ou quand leur taille atteint 100 Mo.

Architecture de journalisation des évènements au niveau du cluster

Kubernetes ne fournit pas de solution native pour la journalisation des évènements au niveau du cluster. Mais il y a différentes approches qui peuvent être considérées :

  • Utiliser un agent de journalisation au niveau du nœud sur chacun des nœuds.
  • Inclure un conteneur side-car pour journaliser les évènements du Pod applicatif.
  • Envoyer les évènements directement a un backend depuis l'application.

Utiliser un agent de journalisation au niveau du nœud

Utiliser un agent de journalisation au niveau dunœud

Vous pouvez implémenter une journalisation au niveau du cluster en incluant un agent de journalisation au niveau du nœud sur chacun des nœuds. L'agent de journalisation est un outil dédié qui met à disposition ou envoie les journaux à un backend. Communément l'agent de journalisation est un conteneur qui a accès au répertoire qui contient les journaux des conteneurs applicatifs sur ce nœud.

Comme l'agent de journalisation doit s'exécuter sur chacun des nœuds, on utilise soit un DaemonSet, soit un manifeste de Pod, soit un processus dédié natif sur le nœud. Ces deux dernières options sont obsolètes et fortement découragées.

Utiliser un agent de journalisation au niveau du nœud est l'approche la plus commune et recommandée pour un cluster Kubernetes parce qu'un seul agent par nœud est créé et qu'aucune modification dans l'application n'est nécessaire. Mais cette approche ne fonctionne correctement que pour les flux standards de sortie et d'erreurs des applications.

Kubernetes ne définit pas d'agent de journalisation, mais deux agents de journalisation optionnels sont fournis avec la version de Kubernetes : Stackdriver (EN) pour utiliser sur Google Cloud Platform, et Elasticsearch (EN). Les deux utilisent fluentd avec une configuration spécifique comme agent sur le nœud. Les liens précédents fournissent plus d'informations et les instructions pour les utiliser et configurer.

Inclure un conteneur side-car pour journaliser les évènements du Pod applicatif

Vous pouvez utiliser un conteneur side-car d'une des manières suivantes :

  • Le conteneur side-car diffuse les journaux de l'application sur son propre stdout.
  • Le conteneur side-car exécute un agent de journalisation qui est configuré pour récupérer les journaux du conteneur applicatif.

Conteneur side-car diffusant (Streaming sidecar container)

Conteneur side-cardiffusant

Comme le conteneur side-car diffuse les journaux sur ses propres flux stdout et stderr, on peut bénéficier du kubelet et de l'agent de journalisation qui s'exécute déjà sur chaque nœud. Les conteneurs side-car lisent les journaux depuis un fichier, un socket ou bien journald. Chaque conteneur side-car écrit son journal sur son propre flux stdout ou stderr.

Cette méthode permet de séparer les flux de journaux de différentes parties de votre application même si elles ne supportent pas d'écrire sur stdout ou stderr. La logique de rediriger les journaux est minime et le surcoût est non significatif. De plus comme les flux standards stdout et stderr sont gérés par kubelet, les outils natifs comme kubectl logs peuvent être utilisés.

Regardez l'exemple qui suit.

Un Pod exécute un unique conteneur et ce conteneur écrit dans deux fichiers de journaux différents en utilisant deux format différents. Voici le manifeste du Pod :

apiVersion: v1
kind: Pod
metadata:
  name: counter
spec:
  containers:
  - name: count
    image: busybox
    args:
    - /bin/sh
    - -c
    - >
      i=0;
      while true;
      do
        echo "$i: $(date)" >> /var/log/1.log;
        echo "$(date) INFO $i" >> /var/log/2.log;
        i=$((i+1));
        sleep 1;
      done
    volumeMounts:
    - name: varlog
      mountPath: /var/log
  volumes:
  - name: varlog
    emptyDir: {}

Il serait très désordonné d'avoir des évènements avec des formats différents dans le même journal en redirigeant les évènements dans le flux de sortie stdout d'un seul conteneur. Il est plutôt souhaitable d'utiliser deux conteneurs side-car, un pour chaque type de journaux. Chaque conteneur side-car suit un des fichiers et renvoie les évènements sur son propre stdout.

Ci-dessous se trouve le manifeste pour un Pod avec deux conteneurs side-car.

apiVersion: v1
kind: Pod
metadata:
  name: counter
spec:
  containers:
  - name: count
    image: busybox
    args:
    - /bin/sh
    - -c
    - >
      i=0;
      while true;
      do
        echo "$i: $(date)" >> /var/log/1.log;
        echo "$(date) INFO $i" >> /var/log/2.log;
        i=$((i+1));
        sleep 1;
      done
    volumeMounts:
    - name: varlog
      mountPath: /var/log
  - name: count-log-1
    image: busybox
    args: [/bin/sh, -c, 'tail -n+1 -f /var/log/1.log']
    volumeMounts:
    - name: varlog
      mountPath: /var/log
  - name: count-log-2
    image: busybox
    args: [/bin/sh, -c, 'tail -n+1 -f /var/log/2.log']
    volumeMounts:
    - name: varlog
      mountPath: /var/log
  volumes:
  - name: varlog
    emptyDir: {}

Quand ce Pod s'exécute, chaque journal peut être diffusé séparément en utilisant les commandes suivantes :

kubectl logs counter count-log-1
0: Mon Jan  1 00:00:00 UTC 2001
1: Mon Jan  1 00:00:01 UTC 2001
2: Mon Jan  1 00:00:02 UTC 2001
...
kubectl logs counter count-log-2
Mon Jan  1 00:00:00 UTC 2001 INFO 0
Mon Jan  1 00:00:01 UTC 2001 INFO 1
Mon Jan  1 00:00:02 UTC 2001 INFO 2
...

L'agent au niveau du nœud installé dans le cluster récupère les deux flux de journaux sans aucune configuration supplémentaire. Il est possible de configurer l'agent pour qu'il analyse syntaxiquement les évènements en fonction du conteneur source.

Notez que bien que la consommation en CPU et mémoire soit faible ( de l'ordre de quelques milicores pour la CPU et quelques mégaoctets pour la mémoire), ecrire les évènements dans un fichier et les envoyer ensuite dans stdout peut doubler l'espace disque utilisé. Quand une application écrit dans un seul fichier de journal, il est préférable de configurer /dev/stdout comme destination plutôt que d'implémenter un conteneur side-car diffusant.

Les conteneurs side-car peuvent être utilisés pour faire la rotation des journaux quand l'application n'en est pas capable elle-même. Un exemple serait un petit conteneur side-car qui effectuerait cette rotation périodiquement. Toutefois, il est recommandé d'utiliser stdout et stderr directement et de laisser la rotation et les politiques de rétentions au kubelet.

Conteneur side-car avec un agent de journalisation

Conteneur side-car avec un agent dejournalisation

Quand un agent de journalisation au niveau du nœud n'est pas assez flexible pour votre utilisation, vous pouvez créer un conteneur side-car avec un agent de journalisation séparé que vous avez configuré spécialement pour qu'il s'exécute avec votre application.

Note: Utiliser un agent de journalisation dans un conteneur side-car peut entraîner une consommation de ressources significative. De plus vous n'avez plus accès aux journaux avec la commande kubectl parce qu'ils ne sont plus gérés par kubelet.

Comme exemple, vous pouvez utiliser Stackdriver où fluentd est l'agent de journalisation. Ci-dessous se trouvent deux configurations qui implémentent cette méthode.

Le premier fichier contient un ConfigMap pour configurer fluentd.

apiVersion: v1
kind: ConfigMap
metadata:
  name: fluentd-config
data:
  fluentd.conf: |
    <source>
      type tail
      format none
      path /var/log/1.log
      pos_file /var/log/1.log.pos
      tag count.format1
    </source>

    <source>
      type tail
      format none
      path /var/log/2.log
      pos_file /var/log/2.log.pos
      tag count.format2
    </source>

    <match **>
      type google_cloud
    </match>
Note: La configuration de fluentd est hors du cadre de cet article. Vous trouverez des informations pour configurer fluentd dans la documentation officielle de fluentd.

Le second fichier est un manifeste pour un Pod avec un conteneur side-car qui exécute fluentd. Le Pod monte un volume où fluentd peut récupérer sa configuration.

apiVersion: v1
kind: Pod
metadata:
  name: counter
spec:
  containers:
  - name: count
    image: busybox
    args:
    - /bin/sh
    - -c
    - >
      i=0;
      while true;
      do
        echo "$i: $(date)" >> /var/log/1.log;
        echo "$(date) INFO $i" >> /var/log/2.log;
        i=$((i+1));
        sleep 1;
      done
    volumeMounts:
    - name: varlog
      mountPath: /var/log
  - name: count-agent
    image: k8s.gcr.io/fluentd-gcp:1.30
    env:
    - name: FLUENTD_ARGS
      value: -c /etc/fluentd-config/fluentd.conf
    volumeMounts:
    - name: varlog
      mountPath: /var/log
    - name: config-volume
      mountPath: /etc/fluentd-config
  volumes:
  - name: varlog
    emptyDir: {}
  - name: config-volume
    configMap:
      name: fluentd-config

Apres quelques minutes, les évènements apparaîtront dans l'interface de Stackdriver.

Ce n'est qu'un exemple et vous pouvez remplacer fluentd par n'importe quel agent de journalisation qui lit depuis n'importe quelle source de votre application.

Envoyer les évènements directement depuis l'application.

Envoyer les évènements directement a un backend depuisl'application.

Vous pouvez implémenter la journalisation au niveau cluster en mettant à disposition ou en envoyant les journaux directement depuis chaque application; Toutefois l'implémentation de ce mécanisme de journalisation est hors du cadre de Kubernetes.

Dernière modification September 17, 2020 at 4:06 PM PST: Update content/fr/docs/concepts/cluster-administration/logging.md (f1aa2583c)