Documents de Référence

Cette section de la documentation de Kubernetes contient les informations de références.

Documents de Référence de l'API

Bibliothèques client de l'API

Pour appeler l'API de Kubernetes depuis un langage de programmation on peut utiliser une bibliothèque client. Les bibliothèques client officiellement supportées sont:

Documents de Référence des outils en ligne de commande (CLI)

  • kubectl - Principal outil en ligne de commande (CLI) pour exécuter et gérer un cluster Kubernetes.
  • kubeadm - Outil en ligne de commande (CLI) pour provisionner facilement un cluster Kubernetes sécurisé.
  • kubefed - Outil en ligne de commande (CLI) pour aider à administrer des clusters fédérés.

Documents de Référence pour la configuration

  • kubelet - Le principal agent qui s'exécute sur chaque noeud. Kubelet prends un ensemble de PodSpecs et s'assure que les conteneurs qui y sont décrit s'exécutent correctement.
  • kube-apiserver - L'API REST qui valide et configure les données des objects de l'API tels que les Pods, Services, Deployments ...
  • kube-controller-manager - Démon en charge de la principale boucle de régulation (core control loop) de Kubernetes.
  • kube-proxy - S'occupe de reacheminer (forwarding) simplement les flux TCP/UDP ou bien en utilisant un Round-Robin sur un ensemble de back-ends.
  • kube-scheduler - Ordonnanceur (scheduler) qui gère la disponibilité, la performance et la capacité.
  • federation-apiserver - Serveur API pour les clusters fédérés.
  • federation-controller-manager - Démon en charge de la boucle de régulation (core control loop) d'une fédération de clusters Kubernetes.

Documents de Conception

1 - Glossary

2 - Problèmes et alertes de sécurité de Kubernetes

3 - Utilisation de l'API Kubernetes

4 - Accéder à l'API

5 - Référence de l'API

6 - Référence des outils d'installation

6.1 - Kubeadm

6.1.1 - Aperçu de kubeadm

Kubeadm est un outil conçu afin que les commandes kubeadm init et kubeadm join soient la meilleure façon de créer rapidement des clusters Kubernetes.

Kubeadm effectue les actions nécessaires afin d'obtenir un cluster minimal mais fonctionnel et en état de marche. Son objectif est d'assembler le cluster sans pour autant provisioner les machines qui le composent. De la même façon, kubeadm ne supporte pas l'installation des extensions habituelles comme le Dashboard (tableau de bord), les solutions de surveillance ou bien encore les extensions spécifiques aux fournisseurs cloud.

On préférera des outils plus spécifiques et de plus haut niveau, construits autour de kubeadm, et qui, idéalement, utiliseront kubeadm comme base de déploiement afin de créer facilement des clusters conformes.

Prochaines étapes

  • kubeadm init pour assembler un noeud Kubernetes control-plane
  • kubeadm join pour assembler un noeud Kubernetes worker node et le joindre au cluster
  • kubeadm upgrade pour mettre à jour un cluster Kubernetes vers une version plus récente
  • kubeadm config si vous avez initialisé votre cluster en utilisant kubeadm v1.7.x ou antérieur, pour configurer votre cluster avec kubeadm upgrade
  • kubeadm token pour gérer vos jetons avec kubeadm join
  • kubeadm reset pour annuler des changements faits avec kubeadm init ou kubeadm join à cet hôte
  • kubeadm version pour afficher la version de kubeadm
  • kubeadm alpha pour utiliser un lot de fonctionnalités rendus disponibles afin d'obtenir le retour de la communauté

6.1.2 - Kubeadm généré

6.1.2.1 -

Utilisez cette commande afin de configurer le control plane Kubernetes

Synopsis

Utilisez cette commande afin de configurer le control plane Kubernetes

La commande "init" exécute les phases suivantes :

preflight                  Exécute les vérifications en amont
kubelet-start              Sauvegarde les réglages kubelet et (re)démarre kubelet
certs                      Génération de certificats
  /etcd-ca                   Génère le certificat CA auto signé pour fournir les identités à etcd
  /apiserver-etcd-client     Génère le certificat que l'apiserver utilisera pour communiquer avec etcd
  /etcd-healthcheck-client   Génère le certificat pour les sondes de vivacité (liveness) qui contrôlent etcd
  /etcd-server               Génère le certificat pour l'accès à etcd
  /etcd-peer                 Génère le certificat pour que les noeuds etcd puissent communiquer ensemble
  /ca                        Génère le certificat CA auto signé  de Kubernetes pour fournir les identités aux autres composants Kubernetes
  /apiserver                 Génère le certificat pour l'accès à l'API Kubernetes
  /apiserver-kubelet-client  Génère le certificat pour permettre à l'API server de se connecter à kubelet
  /front-proxy-ca            Génère le certificat CA auto signé pour fournir les identités au proxy frontal (front proxy)
  /front-proxy-client        Génère le certificat pour le client du proxy frontal
  /sa                        Génère une clef privée pour signer les jetons ainsi que la clef publique du compte service
kubeconfig                 Génère tous les fichiers kubeconfig nécessaires pour la création du control plane et du fichier kubeconfig admin
  /admin                     Génère un fichier kubeconfig pour utilisation par l'administrateur et kubeadm
  /kubelet                   Génère un fichier kubeconfig pour utilisation par kubelet seulement à des fins d'installation initiale
  /controller-manager        Génère un fichier fichier kubeconfig for the controller manager to use
  /scheduler                 Génère un fichier kubeconfig pour utilisation par le scheduler
control-plane              Génère tous les manifests de Pod statiques nécessaires à la création du control plane
  /apiserver                 Génère le manifest de Pod statique de l'apiserver
  /controller-manager        Génère le manifest de Pod statique du kube-controller-manager
  /scheduler                 Génère le manifest de Pod statique du kube-schedule
etcd                       Génère le manifest de Pod statique pour l'etcd local
  /local                     Génère le manifest de Pod statique pour une instance etcd locale, à un seul noeud
upload-config              Téléverse les configurations kubeadm et kubelet vers une ConfigMap
  /kubeadm                   Téléverse la ClusterConfiguration de kubeadm vers une ConfigMap
  /kubelet                   Téléverse la configuration kubelet vers une ConfigMap
upload-certs               Téléverse les certificats vers kubeadm-certs
mark-control-plane         Marque un noeud en tant que control-plane
bootstrap-token            Génère les jetons d'installation utilisés pour faire joindre un noeud à un cluster
addon                      Installe les extensions requises pour l'exécution des tests de Conformance
  /coredns                   Installe l'extension CoreDNS à un cluster Kubernetes
  /kube-proxy                Installe l'extension kube-proxy à un cluster Kubernetes
kubeadm init [flags]

Options

      --apiserver-advertise-address string   L'adresse IP que l'API Server utilisera pour s'annoncer. Si non spécifiée, l'interface réseau par défaut sera utilisée.
      --apiserver-bind-port int32            Port d'écoute de l'API Server.  (par default 6443)
      --apiserver-cert-extra-sans strings    Noms alternatifs (Subject Alternative Names  ou encore SANs) optionnels, utilisés dans les certificats servis par l'API Server. Peuvent êtres des adresses IPs ou des noms DNS.
      --cert-dir string                      Le répertoire où sauvegarder les certificats. (par défaut "/etc/kubernetes/pki")
      --certificate-key string               Clef utilisée pour chiffrer les certificats control-plane dans le Secret the kubeadm-certs.
      --config string                        Chemin vers un fichier de configuration kubeadm.
      --cri-socket string                    Chemin vers la socket CRI à laquelle la connexion doit s'effectuer. S'il n'est pas spécifié, kubeadm essaiera de le détecter; utiliser cette option seulement si vous avez plus d'un CRI installé ou si vous utilisez des sockets CRI non standard.
      --dry-run                              N'effectue aucun changement; affiche seulement la sortie standard de ce qui serait effectué.
      --feature-gates string                 Un ensemble de paires clef=valeur qui décrivent l'entrée de configuration pour des fonctionnalités diverses. Il n'y en a aucune dans cette version.
  -h, --help                                 aide pour l'initialisation (init)
      --ignore-preflight-errors strings      Une liste de contrôles dont les erreurs seront catégorisées comme "warnings" (avertissements). Par exemple : 'IsPrivilegedUser,Swap'. La valeur 'all' ignore les erreurs de tous les contrôles.
      --image-repository string              Choisis un container registry d'où télécharger les images du control plane. (par défaut "k8s.gcr.io")
      --kubernetes-version string            Choisis une version Kubernetes spécifique pour le control plane. (par défaut "stable-1")
      --node-name string                     Spécifie le nom du noeud.
      --pod-network-cidr string              Spécifie l'intervalle des adresses IP pour le réseau des pods. Si fournie, le control plane allouera automatiquement les CIDRs pour chacun des noeuds.
      --service-cidr string                  Utilise un intervalle différent pour les adresses IP des services prioritaires (VIPs). (par défaut "10.96.0.0/12")
      --service-dns-domain string            Utilise un domaine alternatif pour les services, par exemple : "myorg.internal". (par défaut "cluster.local")
      --skip-certificate-key-print           N'affiche pas la clef utilisée pour chiffrer les certificats du control-plane.
      --skip-phases strings                  List des des phases à sauter
      --skip-token-print                     N'affiche pas le jeton par défaut de l'installation qui a été généré lors de 'kubeadm init'.
      --token string                         Le jeton à utiliser pour établir la confiance mutuelle  entre les noeuds et les noeuds du control-plane. Le format correspond à la regexp : [a-z0-9]{6}\.[a-z0-9]{16} - par exemple : abcdef.0123456789abcdef
      --token-ttl duration                   La durée au bout de laquelle le jeton sera automatiquement détruit (par exemple :  1s, 2m, 3h). Si réglée à '0', le jeton n'expirera jamais (par défaut 24h0m0s)
      --upload-certs                         Téléverse les certificats du control-plane vers le Secret kubeadm-certs.

Options héritées depuis la commande parent

      --rootfs string   [EXPERIMENTALE] Le chemin vers la "vraie" racine du système de fichiers de l'hôte.

6.1.3 - kubeadm init

Cette commande initialise un noeud Kubernetes control-plane.

Utilisez cette commande afin de configurer le control plane Kubernetes

Synopsis

Utilisez cette commande afin de configurer le control plane Kubernetes

La commande "init" exécute les phases suivantes :

preflight                  Exécute les vérifications en amont
kubelet-start              Sauvegarde les réglages kubelet et (re)démarre kubelet
certs                      Génération de certificats
  /etcd-ca                   Génère le certificat CA auto signé pour fournir les identités à etcd
  /apiserver-etcd-client     Génère le certificat que l'apiserver utilisera pour communiquer avec etcd
  /etcd-healthcheck-client   Génère le certificat pour les sondes de vivacité (liveness) qui contrôlent etcd
  /etcd-server               Génère le certificat pour l'accès à etcd
  /etcd-peer                 Génère le certificat pour que les noeuds etcd puissent communiquer ensemble
  /ca                        Génère le certificat CA auto signé  de Kubernetes pour fournir les identités aux autres composants Kubernetes
  /apiserver                 Génère le certificat pour l'accès à l'API Kubernetes
  /apiserver-kubelet-client  Génère le certificat pour permettre à l'API server de se connecter à kubelet
  /front-proxy-ca            Génère le certificat CA auto signé pour fournir les identités au proxy frontal (front proxy)
  /front-proxy-client        Génère le certificat pour le client du proxy frontal
  /sa                        Génère une clef privée pour signer les jetons ainsi que la clef publique du compte service
kubeconfig                 Génère tous les fichiers kubeconfig nécessaires pour la création du control plane et du fichier kubeconfig admin
  /admin                     Génère un fichier kubeconfig pour utilisation par l'administrateur et kubeadm
  /kubelet                   Génère un fichier kubeconfig pour utilisation par kubelet seulement à des fins d'installation initiale
  /controller-manager        Génère un fichier fichier kubeconfig for the controller manager to use
  /scheduler                 Génère un fichier kubeconfig pour utilisation par le scheduler
control-plane              Génère tous les manifests de Pod statiques nécessaires à la création du control plane
  /apiserver                 Génère le manifest de Pod statique de l'apiserver
  /controller-manager        Génère le manifest de Pod statique du kube-controller-manager
  /scheduler                 Génère le manifest de Pod statique du kube-schedule
etcd                       Génère le manifest de Pod statique pour l'etcd local
  /local                     Génère le manifest de Pod statique pour une instance etcd locale, à un seul noeud
upload-config              Téléverse les configurations kubeadm et kubelet vers une ConfigMap
  /kubeadm                   Téléverse la ClusterConfiguration de kubeadm vers une ConfigMap
  /kubelet                   Téléverse la configuration kubelet vers une ConfigMap
upload-certs               Téléverse les certificats vers kubeadm-certs
mark-control-plane         Marque un noeud en tant que control-plane
bootstrap-token            Génère les jetons d'installation utilisés pour faire joindre un noeud à un cluster
addon                      Installe les extensions requises pour l'exécution des tests de Conformance
  /coredns                   Installe l'extension CoreDNS à un cluster Kubernetes
  /kube-proxy                Installe l'extension kube-proxy à un cluster Kubernetes
kubeadm init [flags]

Options

      --apiserver-advertise-address string   L'adresse IP que l'API Server utilisera pour s'annoncer. Si non spécifiée, l'interface réseau par défaut sera utilisée.
      --apiserver-bind-port int32            Port d'écoute de l'API Server.  (par default 6443)
      --apiserver-cert-extra-sans strings    Noms alternatifs (Subject Alternative Names  ou encore SANs) optionnels, utilisés dans les certificats servis par l'API Server. Peuvent êtres des adresses IPs ou des noms DNS.
      --cert-dir string                      Le répertoire où sauvegarder les certificats. (par défaut "/etc/kubernetes/pki")
      --certificate-key string               Clef utilisée pour chiffrer les certificats control-plane dans le Secret the kubeadm-certs.
      --config string                        Chemin vers un fichier de configuration kubeadm.
      --cri-socket string                    Chemin vers la socket CRI à laquelle la connexion doit s'effectuer. S'il n'est pas spécifié, kubeadm essaiera de le détecter; utiliser cette option seulement si vous avez plus d'un CRI installé ou si vous utilisez des sockets CRI non standard.
      --dry-run                              N'effectue aucun changement; affiche seulement la sortie standard de ce qui serait effectué.
      --feature-gates string                 Un ensemble de paires clef=valeur qui décrivent l'entrée de configuration pour des fonctionnalités diverses. Il n'y en a aucune dans cette version.
  -h, --help                                 aide pour l'initialisation (init)
      --ignore-preflight-errors strings      Une liste de contrôles dont les erreurs seront catégorisées comme "warnings" (avertissements). Par exemple : 'IsPrivilegedUser,Swap'. La valeur 'all' ignore les erreurs de tous les contrôles.
      --image-repository string              Choisis un container registry d'où télécharger les images du control plane. (par défaut "k8s.gcr.io")
      --kubernetes-version string            Choisis une version Kubernetes spécifique pour le control plane. (par défaut "stable-1")
      --node-name string                     Spécifie le nom du noeud.
      --pod-network-cidr string              Spécifie l'intervalle des adresses IP pour le réseau des pods. Si fournie, le control plane allouera automatiquement les CIDRs pour chacun des noeuds.
      --service-cidr string                  Utilise un intervalle différent pour les adresses IP des services prioritaires (VIPs). (par défaut "10.96.0.0/12")
      --service-dns-domain string            Utilise un domaine alternatif pour les services, par exemple : "myorg.internal". (par défaut "cluster.local")
      --skip-certificate-key-print           N'affiche pas la clef utilisée pour chiffrer les certificats du control-plane.
      --skip-phases strings                  List des des phases à sauter
      --skip-token-print                     N'affiche pas le jeton par défaut de l'installation qui a été généré lors de 'kubeadm init'.
      --token string                         Le jeton à utiliser pour établir la confiance mutuelle  entre les noeuds et les noeuds du control-plane. Le format correspond à la regexp : [a-z0-9]{6}\.[a-z0-9]{16} - par exemple : abcdef.0123456789abcdef
      --token-ttl duration                   La durée au bout de laquelle le jeton sera automatiquement détruit (par exemple :  1s, 2m, 3h). Si réglée à '0', le jeton n'expirera jamais (par défaut 24h0m0s)
      --upload-certs                         Téléverse les certificats du control-plane vers le Secret kubeadm-certs.

Options héritées depuis la commande parent

      --rootfs string   [EXPERIMENTALE] Le chemin vers la "vraie" racine du système de fichiers de l'hôte.

Séquence d'initialisation

kubeadm init assemble un noeud Kubernetes control-plane en effectuant les étapes suivantes :

  1. Exécute une série de contrôles pour valider l'état du système avant d'y apporter des changements. Certaines validations peuvent émettre seulement des avertissements (warnings), d'autres peuvent générer des erreurs qui forceront l'interruption de kubeadm jusqu'à ce que le problème soit résolu ou jusqu'à ce que l'utilisateur spécifie --ignore-preflight-errors=<list-des-erreurs>.

  2. Génère une autorité de certification (CA) auto signée (ou utilise une existante si spécifiée) pour installer les identités de chaque composant du cluster. Si l'utilisateur a fourni son propre certificat et/ou clef de CA en le (la) copiant dans le répertoire des certificats, configuré avec --cert-dir (/etc/kubernetes/pki par défaut) cette étape est sautée comme expliqué dans le document utiliser ses propres certificats. Les certificats de l'API Server auront des entrées SAN additionnelles pour chaque argument --apiserver-cert-extra-sans.

  3. Ecrit les fichiers kubeconfig dans /etc/kubernetes/ pour kubelet, le controller-manager et l'ordonnanceur (scheduler) qui seront utlisés pour les connexions à l'API server, chacun avec sa propre identité, ainsi qu'un fichier kubeconfig supplémentaire pour l'administration, nommé admin.conf.

  4. Génère des manifestes statiques de Pod pour l'API server, le controller manager et l'ordonnanceur. Au cas où aucun etcd externe n'est fourni, un manifeste statique de Pod pour etcd est généré.

    Les manifestes statiques de Pod sont écrits dans /etc/kubernetes/manifestes; kubelet surveille ce répertoire afin que les Pods soient créés au démarrage.

    Dès lors que les pods de control-plane sont démarrés, la séquence de kubeadm init peut alors continuer.

  5. Applique les étiquettes (labels) et marques (taints) au noeud control-plane afin qu'aucune charge de travail additionnelle ne s'y exécute.

  6. Génère le jeton que les noeuds additionnels peuvent utiliser pour s'enregistrer avec un control-plane. Il est possible que l'utilisateur fournisse un jeton en utilisant --token, comme décrit dans la documentation à propos du jeton kubeadm.

  7. Produit tous les fichiers de configuration requis pour autoriser les noeuds à rejoindre le cluster avec les jetons d'assemblage et le mécanisme d'assemblage TLS :

    • Ecrit une ConfigMap pour produire toute la configuration nécessaire pour rejoindre le cluster et installer les règles d'accès RBAC sous jacentes.

    • Permet aux jetons d'assemblage d'accéder à l'API CSR (Certificate Signing Request, requête de signature de certificat).

    • Configure l'acceptation automatique des nouvelles requêtes CSR.

    Voir kubeadm join pour de l'information complémentaire.

  8. Installe un serveur DNS (CoreDNS) et les modules de l'extension kube-proxy en utilisant l'API Server. Dans la version 1.11 (et au delà) de Kubernetes, CoreDNS est le serveur DNS par défaut. Pour installer kube-dns au lieu de CoreDNS, l'extension DNS doit être configurée dans la ClusterConfiguration de kubeadm. Pour plus d'information, se référer à la section ci-dessous intitulée : Utiliser kubeadm init avec un fichier de configuration. Vous remarquerez que bien que le serveur DNS soit déployé, il ne sera pas programmé pour exécution avant que le CNI soit installé.

Utiliser les phases d'initialisation avec kubeadm

Kubeadm vous permet de créer un noeud de type control-plane en plusieurs phases. Dans 1.13 la commande kubeadm init phase a été promue GA (disponibilité générale) alors que précédemment ce n'était qu'une commande alpha : kubeadm alpha phase.

Pour voir la liste des phases et sous phases dans l'ordre, vous pouvez utiliser kubeadm init --help. La liste sera affichée en haut de l'écran d'aide et chaque phase aura une description associée. Bon à savoir : en appelant kubeadm init toutes les phases et sous phases seront executées dans cet ordre.

Certaines phases ont des options uniques, si vous désirez consulter la liste de ces options, ajoutez --help, par exemple :

sudo kubeadm init phase control-plane controller-manager --help

Vous pouvez aussi utiliser --help pour voir la liste des sous-phases pour une phase parent :

sudo kubeadm init phase control-plane --help

kubeadm init a aussi une option nommée --skip-phases qui peut être utilisée pour passer outre. Cette option accepte une liste de noms de phases, qui peuvent être retrouvées à partir de la liste ordonée précédente.

Par exemple :

sudo kubeadm init phase control-plane all --config=configfile.yaml
sudo kubeadm init phase etcd local --config=configfile.yaml
# vous pouvez modifier les fichiers manifestes du control-plane et d'etcd
sudo kubeadm init --skip-phases=control-plane,etcd --config=configfile.yaml

Cet exemple écrirait les fichiers manifestes pour le control plane et etcd dans /etc/kubernetes/manifestes à partir de la configuration dans configfile.yaml. Cela permet de modifier les fichiers et d'ensuite sauter ces phases en utilisant --skip-phases. En invoquant la dernière commande, vous créerez un noeud de type control plane avec les les fichiers manifestes personnalisés.

Utiliser kubeadm init avec un fichier de configuration

C'est possible de configurer kubeadm init avec un fichier de configuration plutôt qu'avec des options en ligne de commande, et certaines fonctionnalités avancées sont d'ailleurs uniquement disponibles en tant qu'options du fichier de configuration. Ce fichier est passé à kubeadm avec l'option --config.

Dans Kubernetes 1.11 et au delà, la configuration par défaut peut être affichée en utilisant la commande kubeadm config print.

Il est recommandé que vous migriez votre configuration v1alpha3 vers v1beta1 en utilisant la commande kubeadm config migrate, car le support de v1alpha3 sera supprimé dans Kubernetes 1.15.

Pour plus de détails à propos de chaque option de la configuration v1beta1 vous pouvez consulter la référence de l'API.

Ajouter des paramètres kube-proxy

Pour de l'information à propos des paramètres kube-proxy dans la configuration kubeadm, se référer à : kube-proxy

Pour de l'information sur comment activer le mode IPVS avec kubeadm, se référer à : IPVS

Passer des options personnalisées aux composants du control plane

Pour de l'information sur comment passer des options aux composants du control plane, se référer à : control-plane-flags

Utiliser des images personnalisées

Par défaut, kubeadm télécharge les images depuis k8s.gcr.io, à moins que la version demandée de Kubernetes soit une version Intégration Continue (CI). Dans ce cas, gcr.io/k8s-staging-ci-images est utilisé.

Vous pouvez outrepasser ce comportement en utilisant kubeadm avec un fichier de configuration. Les personnalisations permises sont :

  • fournir un imageRepository à utiliser à la place de k8s.gcr.io.
  • régler useHyperKubeImage à true pour utiliser l'image HyperKube.
  • fournir un imageRepository et un imageTag pour etcd et l'extension (add-on) DNS.

Notez que le champ de configurtation kubernetesVersion ou l'option ligne de commande --kubernetes-version affectent la version des images.

Utiliser des certificats personnalisés

Par défaut, kubeadm génère tous les certificats requis pour que votre cluster fonctionne. Vous pouvez outrepasser ce comportement en fournissant vos propres certificats.

Pour ce faire, vous devez les placer dans le répertoire spécifié via l'option --cert-dir ou spécifié via la propriété CertificatesDir de votre fichier de configuration. Par défaut, le répertoire est /etc/kubernetes/pki.

S'il existe un certificat et une clef privée dans ce répertoire, alors kubeadm sautera l'étape de génération et les fichiers fournis seront utilisés. Cela signifie que vous pouvez, par exemple, copier un CA (Certificate Authority) existant vers /etc/kubernetes/pki/ca.crt et /etc/kubernetes/pki/ca.key, et kubeadm utilisera ce CA pour signer le reste des certificats.

Mode CA externe

Il est aussi possible de fournir seulement le fichier ca.crt sans le fichier ca.key (seulement dans le cas d'un fichier CA racine, pas pour d'autres paires de certificats). Si tous les certificats et fichiers kubeconfig sont en place, kubeadm activera le mode "CA externe". Kubeadm continuera sans clef CA locale.

Ou alors, vous pouvez utiliser l'outil controller-manager avec --controllers=csrsigner en fournissant les emplacements du certificat CA et la clef.

Gérer le fichier kubeadm ad-hoc pour kubelet

Le paquet kubeadm vient avec de la configuration concernant comment kubelet doit se comporter. Vous remarquerez que la commande CLI kubeadm ne modifiera jamais ce fichier. Ce fichier ad-hoc appartient au paquet deb/rpm de kubeadm.

Pour en savoir plus sur comment kubeadm gère kubelet, vous pouvez consulter cette page.

Utilisation de kubeadm avec des runtimes CRI

Depuis la version v1.6.0, Kubernetes a rendu possible par défaut l'utilisation de CRI, Container Runtime Interface. Le runtime utilisé par défaut est Docker, activé à travers l'adaptateur fourni dockershim, une implémentation CRI, à l'intérieur de kubelet.

Parmi les autres runtimes CRI, on retrouvera :

Se référer aux instructions d'installation CRI pour plus d'information.

Après avoir installé kubeadm et kubelet, exécuter ces étapes additionnelles :

  1. Installer l'adaptateur runtime sur chaque noeud, en suivant les instructions d'installation du projet mentionné ci-dessus.

  2. Configurer kubelet pour utiliser le runtime CRI distant. Ne pas oublier de modifier RUNTIME_ENDPOINT en utilisant la valeur adéquate /var/run/{your_runtime}.sock:

cat > /etc/systemd/system/kubelet.service.d/20-cri.conf <<EOF
[Service]
Environment="KUBELET_EXTRA_ARGS=--container-runtime=remote --container-runtime-endpoint=$RUNTIME_ENDPOINT"
EOF
systemctl daemon-reload

Maintenant kubelet est prête à utiliser le runtime CRI spécifié, et vous pouvez reprendre la séquence de déploiement avec kubeadm init et kubeadm joinpour déployer votre cluster Kubernetes.

Il est aussi possible de configurer --cri-socket à kubeadm init et kubeadm reset lorsque vous utilisez une implémentation CRI externe.

Paramétrer le nom du noeud

Par défaut, kubeadm donne un nom au noeud en utilisant l'adresse de la machine. Vous pouvez outrepasser ce réglage en utilisant l'option --node-name. Cette option se chargera de passer la valeur appropriée pour --hostname-override à kubelet.

Faîtes attention car forcer un nom d'hôte peut interférer avec les fournisseurs de cloud.

Héberger soi même le control plane Kubernetes

A partir de la version 1.8, vous pouvez expérimentalement créer un control plane Kubernetes auto-hébergé (self-hosted) . Cela signifie que des composants clefs comme le serveur d'API, le controller manager et l'ordonnanceur sont démarrés en tant que pods DaemonSet, configurés via l'API Kubernetes plutôt qu'en tant que pods static configurés avec des fichiers statiques dans kubelet.

Pour créer un cluster auto-hébergé, se référer à la commande kubeadm alpha selfhosting.

Avertissements

  1. L'auto-hébergement dans la version 1.8 et au delà comporte de sérieuses limitations. En particulier, un cluster auto-hébergé ne peut pas survivre au redémarrage du noeud control plane sans intervention manuelle.

  2. Un cluster auto-hébergé ne peut pas être mis à jour via la commande kubeadm upgrade.

  3. Par défaut, les Pods d'un control plane auto-hébergé dépendent des identifiants chargés depuis des volumes de type hostPath A part pour la création initiale, ces identifiants ne sont pas gérés par kubeadm.

  4. La partie auto-hébergée du control plane n'inclut pas etcd, qui fonctionne toujours en tant que Pod statique.

Procédé

Le procédé de démarrage auto-hébergé est documenté dans le document de conception de kubeadm.

En bref, kubeadm alpha selfhosting fonctionne de la manière suivante :

  1. Attend que le control plane statique soit démarré correctement. C'est la même chose que le procédé kubeadm init lorsque non auto-hébergé.

  2. Utilise les manifestes du Pod statique du control plane pour construire un ensemble de manifestes DaemonSet qui vont lancer le control plane auto-hébergé. Cela modifie aussi les manifestes si nécessaires, par example pour ajouter des nouveaux volumes pour des secrets.

  3. Crée des DaemonSets dans le namespace kube-system et attend que les pods ainsi créés soient démarrés.

  4. Une fois que les Pods auto-hébergés sont opérationnels, les Pods statiques qui leurs sont associés sont supprimés et kubeadm installe ensuite le prochain composant. Cela déclenche l'arrêt par kubelet de ces Pods statiques.

  5. Quand le control plane statique d'origine s'arrête, le nouveau control plane auto-hébergé est capable d'écouter sur les mêmes ports et devenir actif.

Utiliser kubeadm sans connexion internet

Pour utiliser kubeadm sans connexion internet, vous devez télécharger les images requises par le control plane à l'avance.

A partir de Kubernetes 1.11, vous pouvez lister et télécharger les images en utilisant les sous commandes à kubeadm config images :

kubeadm config images list
kubeadm config images pull

A partir de Kubernetes 1.12, les images prefixées par k8s.gcr.io/kube-*, k8s.gcr.io/etcd et k8s.gcr.io/pause ne nécessitent pas un suffix -${ARCH}.

Automatiser kubeadm

Plutôt que copier sur chaque noeud le jeton que vous avez obtenu avec kubeadm init, comme décrit dans le tutoriel basique de kubeadm, vous pouvez paralléliser la distribution du jeton afin d'automatiser cette tâche. Pour ce faire, vous devez connaître l'adresse IP que le noeud control plane obtiendra après son démarrage.

  1. Générer un jeton. Ce jeton doit avoir correspondre à la chaîne suivante : <6 caractères>.<16 caractères>. Plus simplement, il doit correspondre à la regexp suivante : [a-z0-9]{6}\.[a-z0-9]{16}.

    kubeadm peut générer un jeton pour vous :

    kubeadm token generate
    
  2. Démarrer en parallèle le noeud control plane et les noeuds worker nodes avec ce jeton. Lors de leurs démarrages, ils devraient pouvoir se trouver les uns les autres et former le cluster. L'option --token peut être utilisée aussi bien pour kubeadm init que pour kubeadm join.

Une fois que le cluster est correctement démarré, vous pouvez obtenir les identifiants admin depuis le noeud control plane depuis le fichier /etc/kubernetes/admin.conf et les utiliser pour communiquer avec le cluster.

Vous remarquerez que ce type d'installation présente un niveau de sécurité inférieur puisqu'il ne permet pas la validation du hash du certificat racine avec --discovery-token-ca-cert-hash (puisqu'il n'est pas généré quand les noeuds sont provisionnés). Pour plus d'information, se référer à kubeadm join.

A suivre

  • kubeadm init phase pour mieux comprendre les phases kubeadm init
  • kubeadm join pour amorcer un noeud Kubernetes worker node Kubernetes et le faire joindre le cluster
  • kubeadm upgrade pour mettre à jour un cluster Kubernetes vers une version plus récente
  • kubeadm reset pour annuler les changements appliqués avec kubeadm init ou kubeadm join à un noeud

6.2 - kubefed

7 - CLI kubectl

kubectl CLI description

7.1 - Aperçu de kubectl

kubectl référence

Kubectl est un outil en ligne de commande pour contrôler des clusters Kubernetes. kubectl recherche un fichier appelé config dans le répertoire $HOME/.kube. Vous pouvez spécifier d'autres fichiers [kubeconfig](https://kube rnetes.io/docs/concepts/configuration/organize-cluster-access-kubeconfig/) en définissant la variable d'environnement KUBECONFIG ou en utilisant le paramètre --kubeconfig.

Cet aperçu couvre la syntaxe kubectl, décrit les opérations et fournit des exemples classiques. Pour des détails sur chaque commande, incluant toutes les options et sous-commandes autorisées, voir la documentation de référence de kubectl. Pour des instructions d'installation, voir installer kubectl.

Syntaxe

Utilisez la syntaxe suivante pour exécuter des commandes kubectl depuis votre fenêtre de terminal :

kubectl [commande] [TYPE] [NOM] [flags]

commande, TYPE, NOM et flags sont :

  • commande: Indique l'opération que vous désirez exécuter sur une ou plusieurs ressources, par exemple create, get, describe, delete.

  • TYPE: Indique le type de ressource. Les types de ressources sont insensibles à la casse et vous pouvez utiliser les formes singulier, pluriel ou abrégé. Par exemple, les commandes suivantes produisent le même résultat :

    ```shell
    $ kubectl get pod pod1
    $ kubectl get pods pod1
    $ kubectl get po pod1
    ```
    
  • NOM: Indique le nom de la ressource. Les noms sont sensibles à la casse. Si le nom est omis, des détails pour toutes les ressources sont affichés, par exemple $ kubectl get pods.

    En effectuant une opération sur plusieurs ressources, vous pouvez soit indiquer chaque ressource par leur type et nom soit indiquer un ou plusieurs fichiers :

    • Pour indiquer des ressources par leur type et nom :

      • Pour regrouper des ressources si elles ont toutes le même type : TYPE1 nom1 nom2 nom<#>.
        Example: $ kubectl get pod exemple-pod1 exemple-pod2

      • Pour indiquer plusieurs types de ressources individuellement : TYPE1/nom1 TYPE1/nom2 TYPE2/nom3 TYPE<#>/nom<#>.
        Exemple: $ kubectl get pod/exemple-pod1 replicationcontroller/exemple-rc1

    • Pour indiquer des ressources avec un ou plusieurs fichiers : -f fichier1 -f fichier2 -f fichier<#>

      • Utilisez YAML plutôt que JSON, YAML tendant à être plus facile à utiliser, particulièrement pour des fichiers de configuration.
        Exemple: $ kubectl get pod -f ./pod.yaml
  • flags: Indique des flags optionnels. Par exemple, vous pouvez utiliser les flags -s ou --server pour indiquer l'adresse et le port de l'API server Kubernetes.

Si vous avez besoin d'aide, exécutez kubectl help depuis la fenêtre de terminal.

Opérations

Le tableau suivant inclut une courte description et la syntaxe générale pour chaque opération kubectl :

OpérationSyntaxeDescription
alphakubectl alpha SOUS-COMMANDE [flags]Liste les commandes disponibles qui correspondent à des fonctionnalités alpha, qui ne sont pas activées par défaut dans les clusters Kubernetes.
annotatekubectl annotate (-f FICHIER | TYPE NOM | TYPE/NOM) CLE_1=VAL_1 ... CLE_N=VAL_N [--overwrite] [--all] [--resource-version=version] [flags]Ajoute ou modifie les annotations d'une ou plusieurs ressources.
api-resourceskubectl api-resources [flags]Liste les ressources d'API disponibles.
api-versionskubectl api-versions [flags]Liste les versions d'API disponibles.
applykubectl apply -f FICHIER [flags]Applique un changement de configuration à une ressource depuis un fichier ou stdin.
attachkubectl attach POD -c CONTENEUR [-i] [-t] [flags]Attache à un conteneur en cours d'exécution soit pour voir la sortie standard soit pour interagir avec le conteneur (stdin).
authkubectl auth [flags] [options]Inspecte les autorisations.
autoscalekubectl autoscale (-f FICHIER | TYPE NOM | TYPE/NOM) [--min=MINPODS] --max=MAXPODS [--cpu-percent=CPU] [flags]Scale automatiquement l'ensemble des pods gérés par un replication controller.
certificatekubectl certificate SOUS-COMMANDE [options]Modifie les ressources de type certificat.
cluster-infokubectl cluster-info [flags]Affiche les informations des endpoints du master et des services du cluster.
completionkubectl completion SHELL [options]Affiche le code de complétion pour le shell spécifié (bash ou zsh).
configkubectl config SOUS-COMMANDE [flags]Modifie les fichiers kubeconfig. Voir les sous-commandes individuelles pour plus de détails.
convertkubectl convert -f FICHIER [options]Convertit des fichiers de configuration entre différentes versions d'API. Les formats YAML et JSON sont acceptés.
cordonkubectl cordon NOEUD [options]Marque un nœud comme non programmable.
cpkubectl cp <ficher-src> <fichier-dest> [options]Copie des fichiers et des répertoires vers et depuis des conteneurs.
createkubectl create -f FICHIER [flags]Crée une ou plusieurs ressources depuis un fichier ou stdin.
deletekubectl delete (-f FICHIER | TYPE [NOM | /NOM | -l label | --all]) [flags]Supprime des ressources soit depuis un fichier ou stdin, ou en indiquant des sélecteurs de label, des noms, des sélecteurs de ressources ou des ressources.
describekubectl describe (-f FICHIER | TYPE [PREFIXE_NOM | /NOM | -l label]) [flags]Affiche l'état détaillé d'une ou plusieurs ressources.
diffkubectl diff -f FICHIER [flags]Diff un fichier ou stdin par rapport à la configuration en cours
drainkubectl drain NOEUD [options]Vide un nœud en préparation de sa mise en maintenance.
editkubectl edit (-f FICHIER | TYPE NOM | TYPE/NOM) [flags]Édite et met à jour la définition d'une ou plusieurs ressources sur le serveur en utilisant l'éditeur par défaut.
execkubectl exec POD [-c CONTENEUR] [-i] [-t] [flags] [-- COMMANDE [args...]]Exécute une commande à l'intérieur d'un conteneur dans un pod.
explainkubectl explain [--recursive=false] [flags]Obtient des informations sur différentes ressources. Par exemple pods, nœuds, services, etc.
exposekubectl expose (-f FICHIER | TYPE NOM | TYPE/NOM) [--port=port] [--protocol=TCP|UDP] [--target-port=nombre-ou-nom] [--name=nom] [--external-ip=ip-externe-ou-service] [--type=type] [flags]Expose un replication controller, service ou pod comme un nouveau service Kubernetes.
getkubectl get (-f FICHIER | TYPE [NOM | /NOM | -l label]) [--watch] [--sort-by=CHAMP] [[-o | --output]=FORMAT_AFFICHAGE] [flags]Liste une ou plusieurs ressources.
kustomizekubectl kustomize <répertoire> [flags] [options]Liste un ensemble de ressources d'API généré à partir d'instructions d'un fichier kustomization.yaml. Le paramètre doit être le chemin d'un répertoire contenant ce fichier, ou l'URL d'un dépôt git incluant un suffixe de chemin par rapport à la racine du dépôt.
labelkubectl label (-f FICHIER | TYPE NOM | TYPE/NOM) CLE_1=VAL_1 ... CLE_N=VAL_N [--overwrite] [--all] [--resource-version=version] [flags]Ajoute ou met à jour les labels d'une ou plusieurs ressources.
logskubectl logs POD [-c CONTENEUR] [--follow] [flags]Affiche les logs d'un conteneur dans un pod.
optionskubectl optionsListe des options globales, s'appliquant à toutes commandes.
patchkubectl patch (-f FICHIER | TYPE NOM | TYPE/NOM) --patch PATCH [flags]Met à jour un ou plusieurs champs d'une resource en utilisant le processus de merge patch stratégique.
pluginkubectl plugin [flags] [options]Fournit des utilitaires pour interagir avec des plugins.
port-forwardkubectl port-forward POD [PORT_LOCAL:]PORT_DISTANT [...[PORT_LOCAL_N:]PORT_DISTANT_N] [flags]Transfère un ou plusieurs ports locaux vers un pod.
proxykubectl proxy [--port=PORT] [--www=static-dir] [--www-prefix=prefix] [--api-prefix=prefix] [flags]Exécute un proxy vers un API server Kubernetes.
replacekubectl replace -f FICHIERRemplace une ressource depuis un fichier ou stdin.
rolloutkubectl rollout SOUS-COMMANDE [options]Gère le rollout d'une ressource. Les types de ressources valides sont : deployments, daemonsets et statefulsets.
runkubectl run NOM --image=image [--env="cle=valeur"] [--port=port] [--replicas=replicas] [--dry-run=server&#124;client&#124;none] [--overrides=inline-json] [flags]Exécute dans le cluster l'image indiquée.
scalekubectl scale (-f FICHIER | TYPE NOM | TYPE/NOM) --replicas=QUANTITE [--resource-version=version] [--current-replicas=quantité] [flags]Met à jour la taille du replication controller indiqué.
setkubectl set SOUS-COMMANDE [options]Configure les ressources de l'application.
taintkubectl taint NOEUD NNOM CLE_1=VAL_1:EFFET_TAINT_1 ... CLE_N=VAL_N:EFFET_TAINT_N [options]Met à jour les marques (taints) d'un ou plusieurs nœuds.
topkubectl top [flags] [options]Affiche l'utilisation des ressources (CPU/Mémoire/Stockage).
uncordonkubectl uncordon NOEUD [options]Marque un noeud comme programmable.
versionkubectl version [--client] [flags]Affiche la version de Kubernetes du serveur et du client.
waitkubectl wait ([-f FICHIER] | ressource.groupe/ressource.nom | ressource.groupe [(-l label | --all)]) [--for=delete|--for condition=available] [options]Expérimental : Attend un condition spécifique sur une ou plusieurs ressources.

Rappelez-vous : Pour tout savoir sur les opérations, voir la documentation de référence de kubectl.

Types de ressources

Le tableau suivant inclut la liste de tous les types de ressources pris en charge et leurs alias abrégés.

(cette sortie peut être obtenue depuis kubectl api-resources, et correspond à Kubernetes 1.13.3.)

Nom de la ressourceNoms abrégésGroupe APIPar namespaceGenre de la ressource
bindingstrueBinding
componentstatusescsfalseComponentStatus
configmapscmtrueConfigMap
endpointseptrueEndpoints
limitrangeslimitstrueLimitRange
namespacesnsfalseNamespace
nodesnofalseNode
persistentvolumeclaimspvctruePersistentVolumeClaim
persistentvolumespvfalsePersistentVolume
podspotruePod
podtemplatestruePodTemplate
replicationcontrollersrctrueReplicationController
resourcequotasquotatrueResourceQuota
secretstrueSecret
serviceaccountssatrueServiceAccount
servicessvctrueService
mutatingwebhookconfigurationsadmissionregistration.k8s.iofalseMutatingWebhookConfiguration
validatingwebhookconfigurationsadmissionregistration.k8s.iofalseValidatingWebhookConfiguration
customresourcedefinitionscrd, crdsapiextensions.k8s.iofalseCustomResourceDefinition
apiservicesapiregistration.k8s.iofalseAPIService
controllerrevisionsappstrueControllerRevision
daemonsetsdsappstrueDaemonSet
deploymentsdeployappstrueDeployment
replicasetsrsappstrueReplicaSet
statefulsetsstsappstrueStatefulSet
tokenreviewsauthentication.k8s.iofalseTokenReview
localsubjectaccessreviewsauthorization.k8s.iotrueLocalSubjectAccessReview
selfsubjectaccessreviewsauthorization.k8s.iofalseSelfSubjectAccessReview
selfsubjectrulesreviewsauthorization.k8s.iofalseSelfSubjectRulesReview
subjectaccessreviewsauthorization.k8s.iofalseSubjectAccessReview
horizontalpodautoscalershpaautoscalingtrueHorizontalPodAutoscaler
cronjobscjbatchtrueCronJob
jobsbatchtrueJob
certificatesigningrequestscsrcertificates.k8s.iofalseCertificateSigningRequest
leasescoordination.k8s.iotrueLease
eventsevevents.k8s.iotrueEvent
ingressesingextensionstrueIngress
networkpoliciesnetpolnetworking.k8s.iotrueNetworkPolicy
poddisruptionbudgetspdbpolicytruePodDisruptionBudget
podsecuritypoliciespsppolicyfalsePodSecurityPolicy
clusterrolebindingsrbac.authorization.k8s.iofalseClusterRoleBinding
clusterrolesrbac.authorization.k8s.iofalseClusterRole
rolebindingsrbac.authorization.k8s.iotrueRoleBinding
rolesrbac.authorization.k8s.iotrueRole
priorityclassespcscheduling.k8s.iofalsePriorityClass
csidriversstorage.k8s.iofalseCSIDriver
csinodesstorage.k8s.iofalseCSINode
storageclassesscstorage.k8s.iofalseStorageClass
volumeattachmentsstorage.k8s.iofalseVolumeAttachment

Options de sortie

Utilisez les sections suivantes pour savoir comment vous pouvez formater ou ordonner les sorties de certaines commandes. Pour savoir exactgement quelles commandes prennent en charge quelles options de sortie, voir la documentation de référence de kubectl.

Formater la sortie

Le format de sortie par défaut pour toutes les commandes kubectl est le format texte lisible par l'utilisateur. Pour afficher des détails dans votre fenêtre de terminal dans un format spécifique, vous pouvez ajouter une des options -o ou --output à une des commandes kubectl les prenant en charge.

Syntaxe

kubectl [commande] [TYPE] [NOM] -o <format_sortie>

Selon l'opération kubectl, les formats de sortie suivants sont pris en charge :

Format de sortieDescription
-o custom-columns=<spec>Affiche un tableau en utilisant une liste de colonnes personnalisées séparées par des virgules.
-o custom-columns-file=<fichier>Affiche un tableau en utilisant un modèle de colonnes personnalisées dans le fichier <fichier>.
-o jsonAffiche un objet de l'API formaté en JSON.
-o jsonpath=<modèle>Affiche les champs définis par une expression jsonpath.
-o jsonpath-file=<ffichier>Affiche les champs définis par une expression jsonpath dans le fichier <fichier>.
-o nameAffiche uniquement le nom de la ressource et rien de plus.
-o wideAffiche dans le format texte avec toute information supplémentaire. Pour les pods, le nom du nœud est inclus.
-o yamlAffiche un objet de l'API formaté en YAML.
Exemple

Dans cet exemple, la commande suivante affiche les détails d'un unique pod sous forme d'un objet formaté en YAML :

$ kubectl get pod web-pod-13je7 -o yaml

Souvenez-vous : Voir la documentation de référence de kubectl pour voir quels formats de sortie sont pris en charge par chaque commande.

Colonnes personnalisées

Pour définir des colonnes personnalisées et afficher uniquement les détails voulus dans un tableau, vous pouvez utiliser l'option custom-columns. Vous pouvez choisir de définir les colonnes personnalisées soit en ligne soit dans un fichier modèle : -o custom-columns=<spec> ou -o custom-columns-file=<fichier>.

Exemples

En ligne :

$ kubectl get pods <nom-pod> -o custom-columns=NOM:.metadata.name,RSRC:.metadata.resourceVersion

Fichier modèle :

$ kubectl get pods <nom-pod> -o custom-columns-file=modele.txt

où le fichier modele.txt contient :

NOM           RSRC
metadata.name metadata.resourceVersion

Le résultat de ces commandes est :

NOM            RSRC
submit-queue   610995

Colonnes côté serveur

kubectl est capable de recevoir des informations de colonnes spécifiques d'objets depuis le serveur. Cela veut dire que pour toute ressource donnée, le serveur va retourner les colonnes et lignes pour cette ressource, que le client pourra afficher. Cela permet un affichage de sortie lisible par l'utilisateur cohérent entre les clients utilisés sur le même cluster, le serveur encapsulant les détails d'affichage.

Cette fonctionnalité est activée par défaut dans kubectl version 1.11 et suivantes. Pour la désactiver, ajoutez l'option --server-print=false à la commande kubectl get.

Exemples

Pour afficher les informations sur le status d'un pod, utilisez une commande similaire à :

kubectl get pods <nom-pod> --server-print=false

La sortie ressemble à :

NAME       AGE
nom-pod    1m

Ordonner les listes d'objets

Pour afficher les objets dans une liste ordonnée dans une fenêtre de terminal, vous pouvez ajouter l'option --sort-by à une commande kubectl qui la prend en charge. Ordonnez vos objets en spécifiant n'importe quel champ numérique ou textuel avec l'option --sort-by. Pour spécifier un champ, utilisez une expression jsonpath.

Syntaxe

kubectl [commande] [TYPE] [NOM] --sort-by=<exp_jsonpath>
Exemple

Pour afficher une liste de pods ordonnés par nom, exécutez :

$ kubectl get pods --sort-by=.metadata.name

Exemples : Opérations courantes

Utilisez les exemples suivants pour vous familiariser avec les opérations de kubectl fréquemment utilisées :

kubectl apply - Créer une ressource depuis un fichier ou stdin.

# Crée un service en utilisant la définition dans exemple-service.yaml.
$ kubectl apply -f exemple-service.yaml

# Crée un replication controller en utilisant la définition dans exemple-controller.yaml.
$ kubectl apply -f exemple-controller.yaml

# Crée les objets qui sont définis dans les fichiers .yaml, .yml ou .json du répertoire <répertoire>.
$ kubectl apply -f <répertoire>

kubectl get - Liste une ou plusieurs ressources.

# Liste tous les pods dans le format de sortie texte.
$ kubectl get pods

# Liste tous les pods dans le format de sortie texte et inclut des informations additionnelles (comme le nom du nœud).
$ kubectl get pods -o wide

# Liste le replication controller ayant le nom donné dans le format de sortie texte.
# Astuce : Vous pouvez raccourcir et remplacer le type de ressource 'replicationcontroller' avec l'alias 'rc'.
$ kubectl get replicationcontroller <nom-rc>

# Liste ensemble tous les replication controller et les services dans le format de sortie texte.
$ kubectl get rc,services

# Liste tous les daemon sets dans le format de sortie texte.
kubectl get ds

# Liste tous les pods s'exécutant sur le nœud serveur01
$ kubectl get pods --field-selector=spec.nodeName=serveur01

kubectl describe - Affiche l'état détaillé d'une ou plusieurs ressources, en incluant par défaut les ressources non initialisées.

# Affiche les détails du nœud ayant le nom <nom-nœud>.
$ kubectl describe nodes <nom-nœud>

# Affiche les détails du pod ayant le nom <nom-pod>.
$ kubectl describe pods/<nom-pod>

# Affiche les détails de tous les pods gérés par le replication controller dont le nom est <nom-rc>.
# Rappelez-vous : les noms des pods étant créés par un replication controller sont préfixés par le nom du replication controller.
$ kubectl describe pods <nom-rc>

# Décrit tous les pods
$ kubectl describe pods

kubectl delete - Supprime des ressources soit depuis un fichier, stdin, ou en spécifiant des sélecteurs de labels, des noms, des sélecteurs de ressource ou des ressources.

# Supprime un pod en utilisant le type et le nom spécifiés dans le fichier pod.yaml.
$ kubectl delete -f pod.yaml

# Supprime tous les pods et services ayant le label <clé-label>=<valeur-label>
$ kubectl delete pods,services -l <clé-label>=<valeur-label>

# Supprime tous les pods, en incluant les non initialisés.
$ kubectl delete pods --all

kubectl exec - Exécute une commande depuis un conteneur d'un pod.

# Affiche la sortie de la commande 'date' depuis le pod <nom-pod>. Par défaut, la sortie se fait depuis le premier conteneur.
$ kubectl exec <nom-pod> -- date

# Affiche la sortie de la commande 'date' depuis le conteneur <nom-conteneur> du pod <nom-pod>.
$ kubectl exec <nom-pod> -c <nom-conteneur> -- date

# Obtient un TTY interactif et exécute /bin/bash depuis le pod <nom-pod>. Par défaut, la sortie se fait depuis le premier conteneur.
$ kubectl exec -ti <nom-pod> -- /bin/bash

kubectl logs - Affiche les logs d'un conteneur dans un pod.

# Retourne un instantané des logs du pod <nom-pod>.
$ kubectl logs <nom-pod>

# Commence à streamer les logs du pod <nom-pod>. Ceci est similaire à la commande Linux 'tail -f'.
$ kubectl logs -f <nom-pod>

kubectl diff - Affiche un diff des mises à jour proposées au cluster.

# Diff les ressources présentes dans "pod.json".
kubectl diff -f pod.json

# Diff les ressources présentes dans le fichier lu sur l'entrée standard.
cat service.yaml | kubectl diff -f -

Exemples : Créer et utiliser des plugins

Utilisez les exemples suivants pour vous familiariser avec l'écriture et l'utilisation de plugins kubectl :

# créez un plugin simple dans n'importe quel langage et nommez
# l'exécutable de telle sorte qu'il commence par "kubectl-"
$ cat ./kubectl-hello
#!/bin/bash

# ce plugin affiche les mots "hello world"
echo "hello world"

# une fois votre plugin écrit, rendez-le exécutable
$ sudo chmod +x ./kubectl-hello

# et déplacez-le dans un répertoire de votre PATH
$ sudo mv ./kubectl-hello /usr/local/bin

# vous avez maintenant créé et "installé" un plugin kubectl.
# vous pouvez commencer à l'utiliser en l'invoquant depuis kubectl
# comme s'il s'agissait d'une commande ordinaire
$ kubectl hello
hello world

# vous pouvez "désinstaller" un plugin,
# simplement en le supprimant de votre PATH
$ sudo rm /usr/local/bin/kubectl-hello

Pour voir tous les plugins disponibles pour kubectl, vous pouvez utiliser la sous-commande kubectl plugin list :

$ kubectl plugin list
The following kubectl-compatible plugins are available:

/usr/local/bin/kubectl-hello
/usr/local/bin/kubectl-foo
/usr/local/bin/kubectl-bar

# cette commande peut aussi vous avertir de plugins qui ne sont pas exécutables,
# ou qui sont cachés par d'autres plugins, par exemple :
$ sudo chmod -x /usr/local/bin/kubectl-foo
$ kubectl plugin list
The following kubectl-compatible plugins are available:

/usr/local/bin/kubectl-hello
/usr/local/bin/kubectl-foo
  - warning: /usr/local/bin/kubectl-foo identified as a plugin, but it is not executable
/usr/local/bin/kubectl-bar

error: one plugin warning was found

Vous pouvez voir les plugins comme un moyen de construire des fonctionnalités plus complexes au dessus des commandes kubectl existantes :

$ cat ./kubectl-whoami
#!/bin/bash

# ce plugin utilise la commande `kubectl config` pour afficher
# l'information sur l'utilisateur courant, en se basant sur
# le contexte couramment sélectionné
kubectl config view --template='{{ range .contexts }}{{ if eq .name "'$(kubectl config current-context)'" }}Current user: {{ printf "%s\n" .context.user }}{{ end }}{{ end }}'

Exécuter le plugin ci-dessus vous donne une sortie contenant l'utilisateur du contexte couramment sélectionné dans votre fichier KUBECONFIG :

# rendre le fichier exécutable executable
$ sudo chmod +x ./kubectl-whoami

# et le déplacer dans le PATH
$ sudo mv ./kubectl-whoami /usr/local/bin

$ kubectl whoami
Current user: plugins-user

Pour en savoir plus sur les plugins, examinez l'exemple de plugin CLI.

A suivre

Commencez à utiliser les commandes kubectl.

7.2 - Support de JSONPath

JSONPath kubectl Kubernetes

Kubectl prend en charge les modèles JSONPath.

Un modèle JSONPath est composé d'expressions JSONPath entourées par des accolades {}. Kubectl utilise les expressions JSONPath pour filtrer sur des champs spécifiques de l'objet JSON et formater la sortie. En plus de la syntaxe de modèle JSONPath originale, les fonctions et syntaxes suivantes sont valides :

  1. Utilisez des guillemets doubles pour marquer du texte dans les expressions JSONPath.
  2. Utilisez les opérateurs range et end pour itérer sur des listes.
  3. Utilisez des indices négatifs pour parcourir une liste à reculons. Les indices négatifs ne "bouclent pas" sur une liste et sont valides tant que -index + longeurListe >= 0.

Étant donné l'entrée JSON :

{
  "kind": "List",
  "items":[
    {
      "kind":"None",
      "metadata":{"name":"127.0.0.1"},
      "status":{
        "capacity":{"cpu":"4"},
        "addresses":[{"type": "LegacyHostIP", "address":"127.0.0.1"}]
      }
    },
    {
      "kind":"None",
      "metadata":{"name":"127.0.0.2"},
      "status":{
        "capacity":{"cpu":"8"},
        "addresses":[
          {"type": "LegacyHostIP", "address":"127.0.0.2"},
          {"type": "another", "address":"127.0.0.3"}
        ]
      }
    }
  ],
  "users":[
    {
      "name": "myself",
      "user": {}
    },
    {
      "name": "e2e",
      "user": {"username": "admin", "password": "secret"}
    }
  ]
}
FonctionDescriptionExempleRésultat
textle texte en clairle type est {.kind}le type est List
@l'objet courant{@}identique à l'entrée
. ou []opérateur fils{.kind}, {['kind']} ou {['name\.type']}List
..descente récursive{..name}127.0.0.1 127.0.0.2 myself e2e
*joker. Tous les objets{.items[*].metadata.name}[127.0.0.1 127.0.0.2]
[start:end:step]opérateur d'indice{.users[0].name}myself
[,]opérateur d'union{.items[*]['metadata.name', 'status.capacity']}127.0.0.1 127.0.0.2 map[cpu:4] map[cpu:8]
?()filtre{.users[?(@.name=="e2e")].user.password}secret
range, enditération de liste{range .items[*]}[{.metadata.name}, {.status.capacity}] {end}[127.0.0.1, map[cpu:4]] [127.0.0.2, map[cpu:8]]
''protège chaîne interprétée{range .items[*]}{.metadata.name}{'\t'}{end}127.0.0.1 127.0.0.2

Exemples utilisant kubectl et des expressions JSONPath :

kubectl get pods -o json
kubectl get pods -o=jsonpath='{@}'
kubectl get pods -o=jsonpath='{.items[0]}'
kubectl get pods -o=jsonpath='{.items[0].metadata.name}'
kubectl get pods -o=jsonpath="{.items[*]['metadata.name', 'status.capacity']}"
kubectl get pods -o=jsonpath='{range .items[*]}{.metadata.name}{"\t"}{.status.startTime}{"\n"}{end}'

7.3 - Aide-mémoire kubectl

Cheatsheet kubectl aide-mémoire

Voir aussi : Aperçu Kubectl et Guide JsonPath.

Cette page donne un aperçu de la commande kubectl.

Aide-mémoire kubectl

Auto-complétion avec Kubectl

BASH

source <(kubectl completion bash) # active l'auto-complétion pour bash dans le shell courant, le paquet bash-completion devant être installé au préalable
echo "source <(kubectl completion bash)" >> ~/.bashrc # ajoute l'auto-complétion de manière permanente à votre shell bash

Vous pouvez de plus déclarer un alias pour kubectl qui fonctionne aussi avec l'auto-complétion :

alias k=kubectl
complete -F __start_kubectl k

ZSH

source <(kubectl completion zsh)  # active l'auto-complétion pour zsh dans le shell courant
echo "[[ $commands[kubectl] ]] && source <(kubectl completion zsh)" >> ~/.zshrc # ajoute l'auto-complétion de manière permanente à votre shell zsh

Contexte et configuration de Kubectl

Indique avec quel cluster Kubernetes kubectl communique et modifie les informations de configuration. Voir la documentation Authentification multi-clusters avec kubeconfig pour des informations détaillées sur le fichier de configuration. Information. Voir la documentation Authentification à travers des clusters avec kubeconfig pour des informations détaillées sur le fichier de configuration.

kubectl config view # Affiche les paramètres fusionnés de kubeconfig

# Utilise plusieurs fichiers kubeconfig en même temps et affiche la configuration fusionnée
KUBECONFIG=~/.kube/config:~/.kube/kubconfig2

kubectl config view

# Affiche le mot de passe pour l'utilisateur e2e
kubectl config view -o jsonpath='{.users[?(@.name == "e2e")].user.password}'

kubectl config view -o jsonpath='{.users[].name}'  # Affiche le premier utilisateur
kubectl config view -o jsonpath='{.users[*].name}' # Affiche une liste d'utilisateurs
kubectl config get-contexts                        # Affiche la liste des contextes
kubectl config current-context                     # Affiche le contexte courant (current-context)
kubectl config use-context my-cluster-name         # Définit my-cluster-name comme contexte courant

# Ajoute un nouveau cluster à votre kubeconf, prenant en charge l'authentification de base (basic auth)
kubectl config set-credentials kubeuser/foo.kubernetes.com --username=kubeuser --password=kubepassword

# Enregistre de manière permanente le namespace pour toutes les commandes kubectl suivantes dans ce contexte
kubectl config set-context --current --namespace=ggckad-s2

# Définit et utilise un contexte qui utilise un nom d'utilisateur et un namespace spécifiques
kubectl config set-context gce --user=cluster-admin --namespace=foo \
  && kubectl config use-context gce

kubectl config unset users.foo                       # Supprime l'utilisateur foo

Apply

apply gère des applications en utilisant des fichiers définissant des ressources Kubernetes. Elle crée et met à jour des ressources dans un cluster en exécutant kubectl apply. C'est la manière recommandée de gérer des applications Kubernetes en production. Voir le Livre Kubectl.

Création d'objets

Les manifests Kubernetes peuvent être définis en YAML ou JSON. Les extensions de fichier .yaml, .yml, et .json peuvent être utilisés.

kubectl apply -f ./my-manifest.yaml            # Crée une ou plusieurs ressources
kubectl apply -f ./my1.yaml -f ./my2.yaml      # Crée depuis plusieurs fichiers
kubectl apply -f ./dir                         # Crée une ou plusieurs ressources depuis tous les manifests dans dir
kubectl apply -f https://git.io/vPieo          # Crée une ou plusieurs ressources depuis une url
kubectl create deployment nginx --image=nginx  # Démarre une instance unique de nginx
kubectl explain pods                           # Affiche la documentation pour les manifests pod

# Crée plusieurs objets YAML depuis l'entrée standard (stdin)
cat <<EOF | kubectl apply -f -
apiVersion: v1
kind: Pod
metadata:
  name: busybox-sleep
spec:
  containers:
  - name: busybox
    image: busybox
    args:
    - sleep
    - "1000000"
---
apiVersion: v1
kind: Pod
metadata:
  name: busybox-sleep-less
spec:
  containers:
  - name: busybox
    image: busybox
    args:
    - sleep
    - "1000"
EOF

# Crée un Secret contenant plusieurs clés
cat <<EOF | kubectl apply -f -
apiVersion: v1
kind: Secret
metadata:
  name: mysecret
type: Opaque
data:
  password: $(echo -n "s33msi4" | base64 -w0)
  username: $(echo -n "jane" | base64 -w0)
EOF

Visualisation et Recherche de ressources

# Commandes Get avec un affichage basique
kubectl get services                     # Liste tous les services d'un namespace
kubectl get pods --all-namespaces        # Liste tous les Pods de tous les namespaces
kubectl get pods -o wide                 # Liste tous les Pods du namespace courant, avec plus de détails
kubectl get deployment my-dep            # Liste un déploiement particulier
kubectl get pods                         # Liste tous les Pods dans un namespace
kubectl get pod my-pod -o yaml           # Affiche le YAML du Pod

# Commandes Describe avec un affichage verbeux
kubectl describe nodes my-node
kubectl describe pods my-pod

# Liste les services triés par nom
kubectl get services --sort-by=.metadata.name

# Liste les pods classés par nombre de redémarrages
kubectl get pods --sort-by='.status.containerStatuses[0].restartCount'

# Affiche les volumes persistants classés par capacité de stockage
kubectl get pv --sort-by=.spec.capacity.storage

# Affiche la version des labels de tous les pods ayant un label app=cassandra
kubectl get pods --selector=app=cassandra -o \
  jsonpath='{.items[*].metadata.labels.version}'

# Affiche tous les noeuds (en utilisant un sélecteur pour exclure ceux ayant un label
# nommé 'node-role.kubernetes.io/master')
kubectl get node --selector='!node-role.kubernetes.io/master'

# Affiche tous les pods en cours d'exécution (Running) dans le namespace
kubectl get pods --field-selector=status.phase=Running

# Affiche les IPs externes (ExternalIPs) de tous les noeuds
kubectl get nodes -o jsonpath='{.items[*].status.addresses[?(@.type=="ExternalIP")].address}'

# Liste les noms des pods appartenant à un ReplicationController particulier
# "jq" est une commande utile pour des transformations non prises en charge par jsonpath, il est disponible ici : https://stedolan.github.io/jq/
sel=${$(kubectl get rc my-rc --output=json | jq -j '.spec.selector | to_entries | .[] | "\(.key)=\(.value),"')%?}
echo $(kubectl get pods --selector=$sel --output=jsonpath={.items..metadata.name})

# Affiche les labels pour tous les pods (ou tout autre objet Kubernetes prenant en charge les labels)
kubectl get pods --show-labels

# Vérifie quels noeuds sont prêts
JSONPATH='{range .items[*]}{@.metadata.name}:{range @.status.conditions[*]}{@.type}={@.status};{end}{end}' \
 && kubectl get nodes -o jsonpath="$JSONPATH" | grep "Ready=True"

# Liste tous les Secrets actuellement utilisés par un pod
kubectl get pods -o json | jq '.items[].spec.containers[].env[]?.valueFrom.secretKeyRef.name' | grep -v null | sort | uniq

# Liste les containerIDs des initContainer de tous les Pods
# Utile lors du nettoyage des conteneurs arrêtés, tout en évitant de retirer les initContainers.
kubectl get pods --all-namespaces -o jsonpath='{range .items[*].status.initContainerStatuses[*]}{.containerID}{"\n"}{end}' | cut -d/ -f3

# Liste les événements (Events) classés par timestamp
kubectl get events --sort-by=.metadata.creationTimestamp

# Compare l'état actuel du cluster à l'état du cluster si le manifeste était appliqué.
kubectl diff -f ./my-manifest.yaml

Mise à jour de ressources

Depuis la version 1.11, rolling-update a été déprécié (voir CHANGELOG-1.11.md), utilisez plutôt rollout.

kubectl set image deployment/frontend www=image:v2               # Rolling update du conteneur "www" du déploiement "frontend", par mise à jour de son image
kubectl rollout history deployment/frontend                      # Vérifie l'historique de déploiements incluant la révision
kubectl rollout undo deployment/frontend                         # Rollback du déploiement précédent
kubectl rollout undo deployment/frontend --to-revision=2         # Rollback à une version spécifique
kubectl rollout status -w deployment/frontend                    # Écoute (Watch) le status du rolling update du déploiement "frontend" jusqu'à ce qu'il se termine
kubectl rollout restart deployment/frontend                      # Rolling restart du déploiement "frontend"


cat pod.json | kubectl replace -f -                              # Remplace un pod, en utilisant un JSON passé en entrée standard

# Remplace de manière forcée (Force replace), supprime puis re-crée la ressource. Provoque une interruption de service.
kubectl replace --force -f ./pod.json

# Crée un service pour un nginx repliqué, qui rend le service sur le port 80 et se connecte aux conteneurs sur le port 8000
kubectl expose rc nginx --port=80 --target-port=8000

# Modifie la version (tag) de l'image du conteneur unique du pod à v4
kubectl get pod mypod -o yaml | sed 's/\(image: myimage\):.*$/\1:v4/' | kubectl replace -f -

kubectl label pods my-pod new-label=awesome                      # Ajoute un Label
kubectl annotate pods my-pod icon-url=http://goo.gl/XXBTWq       # Ajoute une annotation
kubectl autoscale deployment foo --min=2 --max=10                # Mise à l'échelle automatique (Auto scale) d'un déploiement "foo"

Mise à jour partielle de ressources

# Mise à jour partielle d'un node
kubectl patch node k8s-node-1 -p '{"spec":{"unschedulable":true}}' # Met à jour partiellement un noeud

# Met à jour l'image d'un conteneur ; spec.containers[*].name est requis car c'est une clé du merge
kubectl patch pod valid-pod -p '{"spec":{"containers":[{"name":"kubernetes-serve-hostname","image":"new image"}]}}'

# Met à jour l'image d'un conteneur en utilisant un patch json avec tableaux indexés
kubectl patch pod valid-pod --type='json' -p='[{"op": "replace", "path": "/spec/containers/0/image", "value":"new image"}]'

# Désactive la livenessProbe d'un déploiement en utilisant un patch json avec tableaux indexés
kubectl patch deployment valid-deployment  --type json   -p='[{"op": "remove", "path": "/spec/template/spec/containers/0/livenessProbe"}]'

# Ajoute un nouvel élément à un tableau indexé
kubectl patch sa default --type='json' -p='[{"op": "add", "path": "/secrets/1", "value": {"name": "whatever" } }]'

Édition de ressources

Édite n'importe quelle ressource de l'API dans un éditeur.

kubectl edit svc/docker-registry                      # Édite le service nommé docker-registry
KUBE_EDITOR="nano" kubectl edit svc/docker-registry   # Utilise un autre éditeur

Mise à l'échelle de ressources

kubectl scale --replicas=3 rs/foo                                 # Scale un replicaset nommé 'foo' à 3
kubectl scale --replicas=3 -f foo.yaml                            # Scale une ressource spécifiée dans foo.yaml" à 3
kubectl scale --current-replicas=2 --replicas=3 deployment/mysql  # Si la taille du déploiement nommé mysql est actuellement 2, scale mysql à 3
kubectl scale --replicas=5 rc/foo rc/bar rc/baz                   # Scale plusieurs contrôleurs de réplication

Suppression de ressources

kubectl delete -f ./pod.json                                              # Supprime un pod en utilisant le type et le nom spécifiés dans pod.json
kubectl delete pod,service baz foo                                        # Supprime les pods et services ayant les mêmes noms "baz" et "foo"
kubectl delete pods,services -l name=myLabel                              # Supprime les pods et services ayant le label name=myLabel
kubectl -n my-ns delete pod,svc --all                                     # Supprime tous les pods et services dans le namespace my-ns
# Supprime tous les pods correspondants à pattern1 ou pattern2 avec awk
kubectl get pods  -n mynamespace --no-headers=true | awk '/pattern1|pattern2/{print $1}' | xargs  kubectl delete -n mynamespace pod

Interaction avec des Pods en cours d'exécution

kubectl logs my-pod                                 # Affiche les logs du pod (stdout)
kubectl logs -l name=myLabel                        # Affiche les logs des pods ayant le label name=myLabel (stdout)
kubectl logs my-pod --previous                      # Affiche les logs du pod (stdout) pour une instance précédente du conteneur
kubectl logs my-pod -c my-container                 # Affiche les logs d'un conteneur particulier du pod (stdout, cas d'un pod multi-conteneurs)
kubectl logs -l name=myLabel -c my-container        # Affiche les logs des pods avec le label name=myLabel (stdout, cas d'un pod multi-conteneurs)
kubectl logs my-pod -c my-container --previous      # Affiche les logs d'un conteneur particulier du pod (stdout, cas d'un pod multi-conteneurs) pour une instance précédente du conteneur
kubectl logs -f my-pod                              # Fait défiler (stream) les logs du pod (stdout)
kubectl logs -f my-pod -c my-container              # Fait défiler (stream) les logs d'un conteneur particulier du pod (stdout, cas d'un pod multi-conteneurs)
kubectl logs -f -l name=myLabel --all-containers    # Fait défiler (stream) les logs de tous les pods ayant le label name=myLabel (stdout)
kubectl run -i --tty busybox --image=busybox -- sh  # Exécute un pod comme un shell interactif
kubectl run nginx --image=nginx --restart=Never -n
mynamespace                                         # Exécute le pod nginx dans un namespace spécifique
kubectl run nginx --image=nginx --restart=Never     # Simule l'exécution du pod nginx et écrit sa spécification dans un fichier pod.yaml
--dry-run -o yaml > pod.yaml

kubectl attach my-pod -i                            # Attache à un conteneur en cours d'exécution
kubectl port-forward my-pod 5000:6000               # Écoute le port 5000 de la machine locale et forwarde vers le port 6000 de my-pod
kubectl exec my-pod -- ls /                         # Exécute une commande dans un pod existant (cas d'un seul conteneur)
kubectl exec my-pod -c my-container -- ls /         # Exécute une commande dans un pod existant (cas multi-conteneurs)
kubectl top pod POD_NAME --containers               # Affiche les métriques pour un pod donné et ses conteneurs

Interaction avec des Noeuds et Clusters

kubectl cordon mon-noeud                                              # Marque mon-noeud comme non assignable (unschedulable)
kubectl drain mon-noeud                                               # Draine mon-noeud en préparation d'une mise en maintenance
kubectl uncordon mon-noeud                                            # Marque mon-noeud comme assignable
kubectl top node mon-noeud                                            # Affiche les métriques pour un noeud donné
kubectl cluster-info                                                  # Affiche les adresses du master et des services
kubectl cluster-info dump                                             # Affiche l'état courant du cluster sur stdout
kubectl cluster-info dump --output-directory=/path/to/cluster-state   # Affiche l'état courant du cluster sur /path/to/cluster-state

# Si une teinte avec cette clé et cet effet existe déjà, sa valeur est remplacée comme spécifié.
kubectl taint nodes foo dedicated=special-user:NoSchedule

Types de ressources

Liste tous les types de ressources pris en charge avec leurs noms courts (shortnames), groupe d'API (API group), si elles sont cantonnées à un namespace (namespaced), et leur Genre (Kind):

kubectl api-resources

Autres opérations pour explorer les ressources de l'API :

kubectl api-resources --namespaced=true      # Toutes les ressources cantonnées à un namespace
kubectl api-resources --namespaced=false     # Toutes les ressources non cantonnées à un namespace
kubectl api-resources -o name                # Toutes les ressources avec un affichage simple (uniquement le nom de la ressource)
kubectl api-resources -o wide                # Toutes les ressources avec un affichage étendu (alias "wide")
kubectl api-resources --verbs=list,get       # Toutes les ressources prenant en charge les verbes de requête "list" et "get"
kubectl api-resources --api-group=extensions # Toutes les ressources dans le groupe d'API "extensions"

Formattage de l'affichage

Pour afficher les détails sur votre terminal dans un format spécifique, utilisez l'option -o (ou --output) avec les commandes kubectl qui la prend en charge.

Format d'affichageDescription
-o=custom-columns=<spec>Affiche un tableau en spécifiant une liste de colonnes séparées par des virgules
-o=custom-columns-file=<filename>Affiche un tableau en utilisant les colonnes spécifiées dans le fichier <filename>
-o=jsonAffiche un objet de l'API formaté en JSON
-o=jsonpath=<template>Affiche les champs définis par une expression jsonpath
-o=jsonpath-file=<filename>Affiche les champs définis par l'expression jsonpath dans le fichier <filename>
-o=nameAffiche seulement le nom de la ressource et rien de plus
-o=wideAffiche dans le format texte avec toute information supplémentaire, et pour des pods, le nom du noeud est inclus
-o=yamlAffiche un objet de l'API formaté en YAML

Exemples utilisant -o=custom-columns :

# Toutes les images s'exécutant dans un cluster
kubectl get pods -A -o=custom-columns='DATA:spec.containers[*].image'

 # Toutes les images excepté "k8s.gcr.io/coredns:1.6.2"
kubectl get pods -A -o=custom-columns='DATA:spec.containers[?(@.image!="k8s.gcr.io/coredns:1.6.2")].image'

# Tous les champs dans metadata quel que soit leur nom
kubectl get pods -A -o=custom-columns='DATA:metadata.*'

Plus d'exemples dans la documentation de référence de kubectl.

Verbosité de l'affichage de Kubectl et débogage

La verbosité de Kubectl est contrôlée par une des options -v ou --v suivie d'un entier représentant le niveau de log. Les conventions générales de logging de Kubernetes et les niveaux de log associés sont décrits ici.

VerbositéDescription
--v=0Le minimum qui doit toujours être affiché à un opérateur.
--v=1Un niveau de log par défaut raisonnable si vous n'avez pas besoin de verbosité.
--v=2Informations utiles sur l'état stable du service et messages de logs importants qui peuvent être corrélés à des changements significatifs dans le système. C'est le niveau de log par défaut recommandé pour la plupart des systèmes.
--v=3Informations étendues sur les changements.
--v=4Verbosité de Debug.
--v=6Affiche les ressources requêtées.
--v=7Affiche les entêtes des requêtes HTTP.
--v=8Affiche les contenus des requêtes HTTP.
--v=9Affiche les contenus des requêtes HTTP sans les tronquer.

A suivre

7.4 - Commandes kubectl

Commandes kubectl

Référence des commandes kubectl

7.5 - Conventions d'utilisation de kubectl

kubectl conventions

Conventions d'utilisation recommandées pour kubectl.

Utiliser kubectl dans des scripts réutilisables

Pour une sortie stable dans un script :

  • Demandez un des formats de sortie orienté machine, comme -o name, -o json, -o yaml, -o go-template ou -o jsonpath.
  • Spécifiez complètement la version. Par exemple, jobs.v1.batch/monjob. Cela va assurer que kubectl n'utilise pas sa version par défaut, qui risque d'évoluer avec le temps.
  • Ne vous basez pas sur un contexte, des préférences ou tout autre état implicite.

Bonnes pratiques

kubectl run

Pour que kubectl run satisfasse l'infrastructure as code :

  • Taggez les images avec un tag spécifique à une version et n'utilisez pas ce tag pour une nouvelle version. Par exemple, utilisez :v1234, v1.2.3, r03062016-1-4, plutôt que :latest (Pour plus d'informations, voir Bonnes pratiques pour la configuration).
  • Capturez le script pour une image fortement paramétrée.
  • Passez à des fichiers de configuration enregistrés dans un système de contrôle de source pour des fonctionnalités désirées mais non exprimables avec des flags de kubectl run.

Vous pouvez utiliser l'option --dry-run pour prévisualiser l'objet qui serait envoyé à votre cluster, sans réellement l'envoyer.

Générateurs

Vous pouvez générer les ressources suivantes avec une commande kubectl, kubectl create --dry-run -o yaml:

  clusterrole         Crée un ClusterRole.
  clusterrolebinding  Crée un ClusterRoleBinding pour un ClusterRole particulier.
  configmap           Crée une configmap à partir d'un fichier local, un répertoire ou une valeur litérale.
  cronjob             Crée un cronjob avec le nom spécifié.
  deployment          Crée un deployment avec le nom spécifié.
  job                 Crée un job avec le nom spécifié.
  namespace           Crée un namespace avec le nom spécifié.
  poddisruptionbudget Crée un pod disruption budget avec le nom spécifié.
  priorityclass       Crée une priorityclass avec le nom spécifié.
  quota               Crée un quota avec le nom spécifié.
  role                Crée un role avec une unique règle.
  rolebinding         Crée un RoleBinding pour un Role ou ClusterRole particulier.
  secret              Crée un secret en utilisant la sous-commande spécifiée.
  service             Crée un service en utilisant la sous-commande spécifiée.
  serviceaccount      Crée un service account avec le nom spécifié.

kubectl apply

  • Vous pouvez utiliser kubectl apply pour créer ou mettre à jour des ressources. Pour plus d'informations sur l'utilisation de kubectl apply pour la mise à jour de ressources, voir le livre Kubectl.

7.6 - kubectl

Référence kubectl

Synopsis

kubectl contrôle le manager d'un cluster Kubernetes

Vous trouverez plus d'informations ici : https://kubernetes.io/fr/docs/reference/kubectl/overview/

kubectl [flags]

Options

--add-dir-header
Si vrai, ajoute le répertoire du fichier à l'entête
--alsologtostderr
log sur l'erreur standard en plus d'un fichier
--application-metrics-count-limit int     Défaut : 100
Nombre max de métriques d'applications à stocker (par conteneur)
--as chaîne
Nom d'utilisateur à utiliser pour l'opération
--as-group tableauDeChaînes
Groupe à utiliser pour l'opération, ce flag peut être répété pour spécifier plusieurs groupes
--azure-container-registry-config chaîne
Chemin du fichier contenant les informations de configuration du registre de conteneurs Azure
--boot-id-file string     Défaut : "/proc/sys/kernel/random/boot_id"
Liste séparée par des virgules de fichiers dans lesquels rechercher le boot-id. Utilise le premier trouvé.
--cache-dir chaîne     Défaut: "/home/karen/.kube/http-cache"
Répertoire de cache HTTP par défaut
--certificate-authority chaîne
Chemin vers un fichier cert pour l'autorité de certification
--client-certificate chaîne
Chemin vers un fichier de certificat client pour TLS
--client-key chaîne
Chemin vers un fichier de clé client pour TLS
--cloud-provider-gce-lb-src-cidrs cidrs     Défaut: 130.211.0.0/22,209.85.152.0/22,209.85.204.0/22,35.191.0.0/16
CIDRs ouverts dans le firewall GCE pour le proxy de trafic LB & health checks
--cluster chaîne
Le nom du cluster kubeconfig à utiliser
--container-hints chaîne     Défaut : "/etc/cadvisor/container_hints.json"
location du fichier hints du conteneur
--containerd chaîne     Défaut : "/run/containerd/containerd.sock"
Point de terminaison de containerd
--containerd-namespace chaîne     Défaut : "k8s.io"
namespace de containerd
--context chaîne
Le nom du contexte kubeconfig à utiliser
--default-not-ready-toleration-seconds int     Défaut: 300
Indique les tolerationSeconds de la tolérance pour notReady:NoExecute qui sont ajoutées par défaut à tous les pods qui n'ont pas défini une telle tolérance
--default-unreachable-toleration-seconds int     Défaut: 300
Indique les tolerationSeconds de la tolérance pour unreachable:NoExecute qui sont ajoutées par défaut à tous les pods qui n'ont pas défini une telle tolérance
--disable-root-cgroup-stats
Désactive la collecte des stats du Cgroup racine
--docker chaîne     Défaut : "unix:///var/run/docker.sock"
Point de terminaison docker
--docker-env-metadata-whitelist chaîne
une liste séparée par des virgules de variables d'environnement qui doivent être collectées pour les conteneurs docker
--docker-only
Remonte uniquement les stats Docker en plus des stats racine
--docker-root chaîne     Défaut : "/var/lib/docker"
DÉPRÉCIÉ : la racine de docker est lue depuis docker info (ceci est une solution de secours, défaut : /var/lib/docker)
--docker-tls
utiliser TLS pour se connecter à docker
--docker-tls-ca chaîne     Défaut : "ca.pem"
chemin vers CA de confiance
--docker-tls-cert chaîne     Défaut : "cert.pem"
chemin vers le certificat client
--docker-tls-key chaîne     Défaut : "key.pem"
chemin vers la clef privée
--enable-load-reader
Activer le lecteur de la charge CPU
--event-storage-age-limit chaîne     Défaut : "default=0"
Durée maximale pendant laquelle stocker les événements (par type). La valeur est une liste séparée par des virgules de clefs/valeurs, où les clefs sont des types d'événements (par ex: creation, oom) ou "default" et la valeur est la durée. La valeur par défaut est appliquée à tous les types d'événements non spécifiés
--event-storage-event-limit chaîne     Défaut : "default=0"
Nombre max d'événements à stocker (par type). La valeur est une liste séparée par des virgules de clefs/valeurs, où les clefs sont les types d'événements (par ex: creation, oom) ou "default" et la valeur est un entier. La valeur par défaut est appliquée à tous les types d'événements non spécifiés
--global-housekeeping-interval durée     Défaut : 1m0s
Intevalle entre ménages globaux
-h, --help
aide pour kubectl
--housekeeping-interval durée     Défaut : 10s
Intervalle entre ménages des conteneurs
--insecure-skip-tls-verify
Si vrai, la validité du certificat du serveur ne sera pas vérifiée. Ceci rend vos connexions HTTPS non sécurisées
--kubeconfig chaîne
Chemin du fichier kubeconfig à utiliser pour les requêtes du CLI
--log-backtrace-at traceLocation     Défaut: :0
lorsque les logs arrivent à la ligne fichier:N, émet une stack trace
--log-cadvisor-usage
Activer les logs d'usage du conteneur cAdvisor
--log-dir chaîne
Si non vide, écrit les fichiers de log dans ce répertoire
--log-file chaîne
Si non vide, utilise ce fichier de log
--log-file-max-size uint     Défaut : 1800
Définit la taille maximale d'un fichier de log. L'unité est le mega-octet. Si la valeur est 0, la taille de fichier maximale est illimitée.
--log-flush-frequency durée     Défaut: 5s
Nombre de secondes maximum entre flushs des logs
--logtostderr     Défaut: true
log sur l'erreur standard plutôt que dans un fichier
--machine-id-file chaîne     Défaut : "/etc/machine-id,/var/lib/dbus/machine-id"
liste séparée par des virgules de fichiers dans lesquels rechercher le machine-id. Utiliser le premier trouvé.
--match-server-version
La version du serveur doit correspondre à la version du client
-n, --namespace chaîne
Si présent, la portée de namespace pour la requête du CLI
--password chaîne
Mot de passe pour l'authentification de base au serveur d'API
--profile chaîne     Défaut: "none"
Nom du profil à capturer. Parmi (none|cpu|heap|goroutine|threadcreate|block|mutex)
--profile-output chaîne     Défaut: "profile.pprof"
Nom du fichier dans lequel écrire le profil
--request-timeout chaîne     Défaut: "0"
La durée à attendre avant d'abandonner une requête au serveur. Les valeurs non égales à zéro doivent contenir une unité de temps correspondante (ex 1s, 2m, 3h). Une valeur à zéro indique de ne pas abandonner les requêtes
-s, --server chaîne
L'adresse et le port de l'API server Kubernetes
--skip-headers
Si vrai, n'affiche pas les entêtes dans les messages de log
--skip-log-headers
Si vrai, évite les entêtes lors de l'ouverture des fichiers de log
--stderrthreshold sévérité     Défaut: 2
logs à cette sévérité et au dessus de ce seuil vont dans stderr
--storage-driver-buffer-duration durée     Défaut : 1m0s
Les écritures dans le driver de stockage seront bufferisés pour cette durée, et seront envoyés aux backends non-mémoire en une seule transaction
--storage-driver-db chaîne     Défaut : "cadvisor"
nom de la base de données
--storage-driver-host chaîne     Défaut : "localhost:8086"
hôte:port de la base de données
--storage-driver-password chaîne     Défaut : "root"
Mot de passe de la base de données
--storage-driver-secure
utiliser une connexion sécurisée avec la base de données
--storage-driver-table chaîne     Défaut : "stats"
Nom de la table dans la base de données
--storage-driver-user chaîne     Défaut : "root"
nom d'utilisateur de la base de données
--token chaîne
Bearer token pour l'authentification auprès de l'API server
--update-machine-info-interval durée     Défaut : 5m0s
Intevalle entre mises à jour des infos machine.
--user chaîne
Le nom de l'utilisateur kubeconfig à utiliser
--username chaîne
Nom d'utilisateur pour l'authentification de base au serveur d'API
-v, --v Niveau
Niveau de verbosité des logs
--version version[=true]
Affiche les informations de version et quitte
--vmodule moduleSpec
Liste de settings pattern=N séparés par des virgules pour le logging filtré par fichiers

See Also

  • kubectl alpha - Commandes pour fonctionnalités alpha
  • kubectl annotate - Met à jour les annotations d'une ressource
  • kubectl api-resources - Affiche les ressources de l'API prises en charge sur le serveur
  • kubectl api-versions - Affiche les versions de l'API prises en charge sur le serveur, sous la forme "groupe/version"
  • kubectl apply - Applique une configuration à une ressource depuis un fichier ou stdin
  • kubectl attach - Attache à un conteneur en cours d'exécution
  • kubectl auth - Inspecte les autorisations
  • kubectl autoscale - Auto-scale un Deployment, ReplicaSet, ou ReplicationController
  • kubectl certificate - Modifie des ressources certificat
  • kubectl cluster-info - Affiche les informations du cluster
  • kubectl completion - Génère le code de complétion pour le shell spécifié (bash ou zsh)
  • kubectl config - Modifie les fichiers kubeconfig
  • kubectl convert - Convertit des fichiers de config entre différentes versions d'API
  • kubectl cordon - Marque un nœud comme non assignable (unschedulable)
  • kubectl cp - Copie des fichiers et répertoires depuis et vers des conteneurs
  • kubectl create - Crée une ressource depuis un fichier ou stdin
  • kubectl delete - Supprime des ressources par fichiers ou stdin, par ressource et nom, ou par ressource et sélecteur de label
  • kubectl describe - Affiche les informations d'une ressource spécifique ou d'un groupe de ressources
  • kubectl diff - Différence entre la version live et la version désirée
  • kubectl drain - Draine un nœud en préparation d'une mise en maintenance
  • kubectl edit - Édite une ressource du serveur
  • kubectl exec - Exécute une commande dans un conteneur
  • kubectl explain - Documentation sur les ressources
  • kubectl expose - Prend un replication controller, service, deployment ou pod et l'expose comme un nouveau Service Kubernetes
  • kubectl get - Affiche une ou plusieurs ressources
  • kubectl kustomize - Construit une cible kustomization à partir d'un répertoire ou d'une URL distante.
  • kubectl label - Met à jour les labels d'une ressource
  • kubectl logs - Affiche les logs d'un conteneur dans un pod
  • kubectl options - Affiche la liste des flags hérités par toutes les commandes
  • kubectl patch - Met à jour un ou plusieurs champs d'une ressource par merge patch stratégique
  • kubectl plugin - Fournit des utilitaires pour interagir avec des plugins
  • kubectl port-forward - Redirige un ou plusieurs ports vers un pod
  • kubectl proxy - Exécute un proxy vers l'API server Kubernetes
  • kubectl replace - Remplace une ressource par fichier ou stdin
  • kubectl rollout - Gère le rollout d'une ressource
  • kubectl run - Exécute une image donnée dans le cluster
  • kubectl scale - Définit une nouvelle taille pour un Deployment, ReplicaSet ou Replication Controller
  • kubectl set - Définit des fonctionnalités spécifiques sur des objets
  • kubectl taint - Met à jour les marques (taints) sur un ou plusieurs nœuds
  • kubectl top - Affiche l'utilisation de ressources matérielles (CPU/Memory/Storage)
  • kubectl uncordon - Marque un nœud comme assignable (schedulable)
  • kubectl version - Affiche les informations de version du client et du serveur
  • kubectl wait - Expérimental : Attend une condition particulière sur une ou plusieurs ressources

8 - Référence sur les outils en ligne de commande